Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

16 octobre 2011

Paris en musique

Ce matin, à la séance de dix heures, j'ai vu un film qui met de bonne humeur, un film dont la musique reste dans la tête, un film d'animation, un film français, un film parfait. Ce matin, j'ai vu Un monstre à Paris.

vu le 16/10/2011 ; 3D

Un Monstre à Paris

Le Paris du début du XXe siècle, avec ses rues pavées, ses quartiers tordus, ses toits aux mille cheminées. Un projectionniste timide, Émile, en pince pour la jolie guichetière, Maud. Son ami Raoul, personnage épuisant mais fort sympathique malgré tout, est livreur. Là-dessus on ajoute la chanteuse à la voix magique, Lucille, un méchant préfet, un policier intègre, un singe fort intelligent, un savant fou parti en voyage, et une puce. Vous avez ainsi une panoplie de personnages qui fait des miracles.

Le caractère bien trempé des unes complète fort bien la timidité maladive des autres, l’assurance exaspérante de certains est nuancé par la modestie d’autres. Un savant mélange, justement dosé, pour un film délicieux. Dialogues rythmés, jeux de mots, malice. Ces personnages nous donnent envie de les rencontrer.

L’histoire, si elle est assez classique, n’en est pas moins réussie. Au contraire ! Un mélange de Belle et la Bête, mais qui n’est pas une histoire d’amour. Au cœur de l’intrigue, la musique, et la différence. La bande-son est géniale et donne envie de se trémousser pendant tout le film. -M- et Vanessa Paradis : deux voix que j’aime particulièrement, réunies pour un même film. que demander de plus ?

Quant à l’aspect visuel, même si la troisième dimension n’apporte pas grand chose (pour ne pas dire rien), les décors, les couleurs, bref l’esthétique tout entière du film est une véritable réussite ! Ce Paris 1910 en crue est une véritable œuvre d’art. Art un peu naïf, un peu décors de théâtre de marionnettes : mais après tout, ne sommes nous pas au spectacle ?

Conclusion : il faut aller voir Un monstre à Paris. Film d’animation français, avec plein de voix connues d’artistes appréciés (-M- et Vanessa Paradis, bien sûr, mais aussi Gad Elmaleh, Ludivin Sagnier et j’en passe…), rythmé et entraînant. Un très bon moment à passer !

Posté par incitatus à 14:59 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires sur Paris en musique

  • C'est quoi, le féminin de "un monstre" ?

    Posté par delest, 17 octobre 2011 à 21:56 | Répondre
  • Monstrette ? Monstreuse ? Monstrotte ? Dur de trouver, hein. Sur ce terrain-là, l'égalité des sexes n'est, sémantiquement du moins, pas encore acquise.
    Allez, les filles, encore un effort...

    Posté par delest, 19 octobre 2011 à 00:18 | Répondre
  • >> delest

    "monstresse" existe dans le dictionnaire.
    Quant à l'égalité des sexes, sur ce terme précisément, je ne juge pas cela très grave ^^ Comme quoi, l'incarnation-même du monstrueux ne peut être que masculin :p
    (Et que fais-tu de la masculinisation du métier de "sage-femme" ?)

    Posté par inci, 19 octobre 2011 à 13:50 | Répondre
  • Ah mouais. C'est vraiment poétique, ça, "monstresse" ! (quoique je sois un peu inquiet pour la rime).
    Quant à parler d'un homme-sage, c'est faire ce que les grecs nomment un πλεονασμός, non ?

    Posté par delest, 19 octobre 2011 à 22:02 | Répondre
  • >> delest

    Je ne relèverai pas.
    "Si derrière toute barbe il y avait de la sagesse, toutes les chèvres seraient prophètes." (proverbe arménien)

    Posté par inci, 20 octobre 2011 à 07:11 | Répondre
Nouveau commentaire