Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

30 avril 2011

Minuit sonne

Il est minuit. Vautrée sur mon lit, le clavier sur les genoux, je lutte contre le sommeil.

Une demi-tablette de chocolat gît sur la table. Ma concentration bat de l'aile.

Encore quatre articles à lire pour ce soir.

Polysémie. Ambiguïté. Traduction. Cooccurrences. Graphes. Calcul de recouvrement de sens.

Tout ça a le mérite de me faire oublier ce poids que j'ai dans l'estomac, ce poids lancinant qui me donne envie de pleurer, sans raison. Un poids que je n'ai pas envie de nommer désespoir, mais à qui cette appellation irait très bien.

Je lutte chaque minute pour ne pas sombrer, pour ne pas laisser tomber. C'est épuisant.

Seule une idée fixe me tient : un jour, il faudra mettre un coup de pied dans la fourmilière. Il faut faire quelque chose pour que ces formations mensongères deviennent ce qu'elles affirment être.

Je me noie en eau trouble. Mais je ne suis pas seule. Je me sais accompagnée par mes camarades d'infortune. C'est un peu - égoïstement - rassurant.

Alors je lutte. Et j'essaye de ne pas m'affaiblir.

Garder courage, travailler, pour s'en sortir. Parce qu'il le faut.

Posté par incitatus à 00:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur Minuit sonne

  • Courage, Mamzelle. Si tu éprouves le besoin d'en parler, il y a déjà beaucoup d'espoir.

    Posté par delest, 30 avril 2011 à 10:21 | Répondre
  • >> delest

    Merci, c'est gentil Contente de te savoir toujours là...

    Posté par inci, 30 avril 2011 à 12:17 | Répondre
Nouveau commentaire