Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

08 janvier 2013

Labyrinthique

Le séminaire devait avoir lieu en Sorbonne. Chose étonnante s'il en est, puisqu'il s'agit d'un séminaire d'un laboratoire de Nanterre. Force mails avaient été envoyés, précisant "Paris Descartes", "rue des Saint-Pères", "non en fait en Sorbonne", "mais Paris Descartes quand même". Finalement, on informa : en Sorbonne, galerie Gerson, escalier G, salle F673. Rien d'effrayant pour qui a passé quelques années en ces murs.

13:30. Je quitte la petite sandwicherie que j'aime bien, rue des Ecoles, et remonte le long de la rue Victor Cousin. J'entre dans le couloir, persuadée, après avoir croisé la galerie J.B. Dumas que la suivante est la bonne. Déconfiture totale : galerie Claude Bernard. Ne reste que la galerie Richelieu et les autres sont fermées. Un peu interdite, je jette un oeil au plan qui s'efface depuis les siècles des siècles, au bas de la salle des Actes. Galerie Gerson... j'y étais. Bref. Premier indice trompeur, car il n'y a pas d'escalier donnant directement sur cette galerie !

Sorbonne 06

Ce n'est pas tout-à-fait l'endroit où je me suis perdue, mais ce n'est pas loin au-dessus.

Escalier G... Je trouve le J, à côté du P (ce qui est tout-à-fait logique, vous en conviendrez). Et le G, en fait, je le connaissais très bien, j'avais simplement oublié son nom. Premier étage et demi, ethnologie ou que sais-je, même pas de palier. Deuxième étage, la présidence. J'imaginais pourtant qu'il s'agissait là du niveau F... Tant pis, je poursuis. Troisième, UFR d'anglais, niveau G. J'avais raison. Merdum ! Du coup j'essaye de rattraper par le demi-étage, je trouverai sans doute une correspondance.

Je découvre un laboratoire de recherche en langue française, une bibliothèque, des bureaux. Sol moquetté, silence complet, quasi-religieux. J'ose à peine poursuivre, mais j'imagine qu'un autre escalier débouche de l'autre côté de cet étroit couloir. Et effectivement, un minuscule escalier. Niveau F, bingo ! Salle 671. Pour les suivantes, il faut sortir sur la passerelle. F672, je chauffe. Et là, bam, cul-de-sac, une porte vitrée qui donne sur un débarras. Contrite, je redescends dans la cours Cujas, que je connais bien.

Je retourne à l'escalier G, en passant devant un groupe d'étudiants vautrés dans un autre escalier... G2 ! Si si ! LE SEUL escalier à porter un tel nom au monde est forcément à la Sorbonne ! Petit colimaçon au bois usé qui débouche sur un minuscule pallier. Deux salles, dont la F673. Je reprends mon souffle. Il est 13:55.

Sorbonne 08

Cette photo n'est pas récente, il ne faisait pas si beau aujourd'hui.

14:10 arrive l'organisatrice. La salle est fermée. Les appariteurs de Paris IV ne peuvent pas l'ouvrir, car c'est une salle qui appartient à Paris V. Et l'appariteur de Paris V n'est pas là. Allers-retours de la pauvre dame dans l'escalier. Finalement, un appariteur monde, tranquillement. Il vérifie. Ah oui, c'est fermé. "Je vais voir, mais les pass de Paris IV ne vont pas marcher..." Il redescends, tranquillement. Il est déjà 14:20. Finalement, on nous installe dans une salle de Paris IV. Nous avons une demi-heure de retard...

"Vive la Sorbonne !" ont dû se dire les intervenants... qui arrivaient tout droit de Nancy (de l'ATILF, pour être plus précise).

PS : une très bonne année à tous, chers lecteurs !

Posté par incitatus à 23:15 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur Labyrinthique

    Ah ben tiens, je suis allé jeter un koudeuille, par simple curiosité, aux publications de l'ATILF. Oups, je dirais que le labyrinthe est dans les têtes, surtout.
    Et entre les équivalences paraphrastiques et autres différentiels de grammaticité, je me demande s'il existe le moindre escalier G2

    Posté par delest, 09 janvier 2013 à 12:42 | Répondre
    • Oui, c'est vrai qu'il y a des choses un peu... abstraites ? Quoi qu'il en soit, je connaissais en fait bien ce nom d'ATILF parce que ce sont eux qui éditent le Trésor de la Langue Française Informatisé (TLFI pour les intimes), dictionnaire vraiment bien foutu et entièrement disponible en ligne ! Et ils ont aussi un outil d'analyse syntaxique, assez pratique. Et comme je suis toujours aussi impressionnable, j'étais toute némue de me trouver face à de telles gens !

      Posté par incitatus, 09 janvier 2013 à 16:03 | Répondre
  • C'est choli cette nouvelle coquille

    Posté par Marion, 09 janvier 2013 à 15:42 | Répondre
    • Merci
      Je voulais quelque chose de nouveau pour la nouvelle année ! Peut-être ce nouvel enrobage me motivera-t-il davantage à écrire régulièrement ?

      Posté par incitatus, 09 janvier 2013 à 16:04 | Répondre
  • Ah oui, c'est très bien, très complet, le TLF. Honte à moi, je me couvre la tête de cendres, alors. Désormais, je différentialiserai la grammaticité avec tout plein de respect, arf !
    Et c'est bien de mettre tout plein de livres sur l'étagère supérieure, mais je n'y vois nul Gaffiot ! Tu ne l'as pas revendu au Bon Coin, quand même ?

    Posté par delest, 10 janvier 2013 à 00:03 | Répondre
    • Rassure-toi, le Gaffiot est au chaud dans ma bibliothèque, mais (1) j'ai eu la flemme de le reproduire, et (2) il est beaucoup trop grand et aurait trop élargi la bannière (quoique j'eusse pu le mettre au format poche). J'y ai pourtant songé un moment !

      Posté par incitatus, 10 janvier 2013 à 07:51 | Répondre
  • Je n'ose même pas imaginer à quoi ressemble une alerte incendie à la Sorbonne...
    Excellente année à toi!

    Posté par Pitou G., 10 janvier 2013 à 18:48 | Répondre
    • C'est une très bonne question... J'ai déjà vécu un exercice d'évacuation, mais je ne me rappelle pas à quel endroit j'étais quand l'alarme a retenti. Les quelques centaines (milliers?) d'étudiants se déversant dans la rue, bloquant toute la circulation... c'était épique.
      Mais si un incendie devait réellement éclater(?), je ne donnerais pas cher de ma peau. (C'est d'ailleurs amusant que tu parles de ça, parce tout le temps où nous avons attendu la clef sur l'étroit pallier en haut de l'escalier G2, j'ai observé l'extincteur qui trônait sur le mur...)

      Posté par incitatus, 10 janvier 2013 à 23:00 | Répondre
  • Merci Inci !!!
    Tu sais , je viens souvent ici, ça m'apaise , je me sens chez une amie...
    Bises
    Loïc

    Posté par Truly, 11 janvier 2013 à 18:08 | Répondre
    • Je t'en prie
      Ravie que tu viennes encore ici, lecteur silencieux mais précieux.
      Tu sais, tu es un de mes premiers lecteurs (et nos blogs sont nés à un jour d'écart) ! C'est quelque chose qui ne s'oublie pas.

      Posté par incitatus, 12 janvier 2013 à 08:34 | Répondre
  • C'est vrai que nous avons eu nos rejetons au même moment , ça crée des liens même si j'ai eu mon premier à un âge avancé ! Je me souviens des autres blogs nés au même moment , ils ont aujourd'hui disparu mais je suis toujours en lien avec leurs auteures sur d'autres réseaux , nostalgie ...

    Posté par Truly, 14 janvier 2013 à 18:13 | Répondre
    • C'est vrai que beaucoup de blogs que je suivais au début ont fermé. Mais contrairement à toi, je n'établis que très rarement le contact avec les auteurs. Tu fais probablement figure d'exception.

      Posté par incitatus, 22 janvier 2013 à 20:31 | Répondre
  • Hahahaha, souvenirs, souvenirs !!!

    Et belle année à toi chère Inci !

    Posté par Zabou, 18 janvier 2013 à 19:33 | Répondre
    • La Sorbonne a les murs cimentés par les souvenirs de milliers d'étudiants. Toute évocation se nimbe d'une légère nostalgie.
      Merci Zabou ! Ravie que tu passes encore ici de temps à autre Je lis moi aussi régulièrement chez toi, mais en silence.

      Posté par incitatus, 22 janvier 2013 à 20:33 | Répondre
Nouveau commentaire