Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

26 mars 2012

Top départ

C'est parti pour six mois de stage. Le stress me sert l'estomac (mais ne m'a pas empêchée d'avaler un petit-déjeuner princier) et me noue les intestins. C'est étrange de se dire qu'on a déjà travaillé, mais qu'à vingt-trois ans bien tassés, jamais fait de stage (pas même en troisième). Je ne connais pas vraiment le monde de l'entreprise, mes seules incursions dans la vie active s'étant faites par la voie de la fonction publique. Et j'ai tellement de préjugés sur cet univers que mon stress ne fait qu'augmenter.

Peur de ne pas être à la hauteur, de décevoir. Ce n'est pas la possibilité d'une embauche qui m'angoisse : je n'en ai pas besoin. L'année prochaine je retourne à l'université, pour trois années supplémentaires ("rengagez-vous, qu'i' disait"). Mais découvrir des gens nouveaux, à qui il va falloir parler et avec qui il va falloir communiquer, mon Dieu ! Saurai-je le faire ?

Il est bientôt neuf heures. J'y serai sans doute dans un quart d'heure. Je sais, c'est indécent, mais c'est la seule chose qui ne m'angoisse pas ce matin.

Allez, j'entre dans l'arène !

Posté par incitatus à 08:56 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

10 janvier 2012

Où je me dois de dire une expression de mon grand-père

Mon grand-père avait une expression, d'une élégance rare et d'une absolue finesse, qui colle parfaitement à la chance écoeurante que j'ai eu une fois de plus. Mon grand-père disait de quelqu'un de chanceux qu'il avait "le cul bordé de nouilles". Bon, s'il-vous-plaît, n'essayer de pas de visualiser, ce n'est pas très joli.

Pourquoi une telle introduction ? Tout simplement :

La semaine dernière, mon directeur de mémoire de l'an dernier m'envoie une offre de stage. Je jette un oeil : sujet intéressant, milieu de la recherche industrielle, petite boîte récente et... à dix minutes de chez moi. Je saute sur l'occasion. En un week-end, je mets à jour mon CV et rédige ma lettre de motivation. J'envoie le tout. Le lendemain, on m'appelle, on fixe un rendez-vous.

Ce matin, l'angoisse et l'impatience font un mélange détonnant. Le coeur qui accélère brutalement, l'estomac qui se tord. Rien que de très normal. Lorsque j'arrive, j'ai l'impression qu'ils ont déjà décidé de me prendre. Aussi, à la fin de l'entretien n'attendent-ils que ma réponse, qui est immédiate, bien sûr ! J'ai même le droit de continuer le club BD !

La vie n'est-elle pas merveilleuse ? Une offre, un CV, une réponse, un stage trouvé. J'ai parfois l'impression que je vais me réveiller un matin et que tout aura été un rêve. Je plane complètement.

Posté par incitatus à 15:23 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,