Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

09 août 2013

Emo

découvert dans le webcomic Honeydew Syndrome

emo

(Je précise que l'insulté vient de se faire frapper par l'insultant, au cas où ce ne serait pas lisible.)

Ok, but, what's an "emo"? Agacée de devoir interrompre ma lecture, j'ouvris mon dictionnaire bilingue. Malheureusement, je devais ne jamais trouver le vocable "emo" à l'intérieur. Exaspérée, je poursuivis ma lecture, avec ce mot à la définition plus qu'incertaine qui flottait dans mon cerveau. Et ce jusqu'à il y a quelques jours, lorsque je reçus un mail d'el Teckel. Je venais de remarquer que le personnage de Metis (celui avec les cheveux noirs) avait du vernis noir aux ongles, et lui avais fait part de mon étonnement. En guise de réponse, j'eus droit à "c'est normal, c'est un emoooo". Jugez de ma déconfiture.

Je pris alors mon courage à deux mains, et lançai une recherche Google. Et là, ô joie! Je trouvai mon bonheur! Tout d'abord, je pensai avoir fait une erreur, puis, je lus l'article sur Wikipedia.

A l'origine, emo est un sous-genre de musique punk ou quelque chose comme ça (pas étonnant que je n'aie jamais entendu ce mot! Vu ma culture musicale...). Mais je ne vais pas vous faire un historique musical, là n'est pas mon but. Non, ce qui m'intéresse, c'est l'évolution de ce mot: pourquoi, dans le cas qui nous intéresse, est-il devenu une insulte?

Il faut savoir que ce style musical a connu plusieurs vagues, dont la dernière voit ses début en 2000. A ce moment-là, "là où plus tôt, l'emo favorisait des paroles parcourant un chemin plus obscur et douloureux, on se concentrait [désormais] sur l'amour trouvé ou perdu, et la difficulté de faire face"*. A la même époque, le terme emo "devint associé avec l'expression d'émotion sans retenue. Certaines attitudes et une certaine mode vestimentaire devenues typiques parmi les fans de certains groupes furent qualifiées d'emo". Peu à peu, au fur et à mesure que le style musical gagnait en popularité, l'emo devint objet de moqueries. D'abord légères, ces moqueries gagnèrent en intensité, et "les fans masculins d'emo ont commencé à recevoir des injures sur leur orientation sexuelle supposée, reflet de la mode propre à la « scène » (notamment l'utilisation d'eyeliner et de maquillage)".

Pour en savoir plus sur la mode emo, je vous conseille d'aller voir ce site, qui donne de nombreux détails également sur l'histoire du genre musical (site uniquement en anglais).

* Toutes les citations sont tirées de l'article "emo" de Wikipedia.

Posté il y a fort longtemps sur ma page Free.

Posté par incitatus à 08:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

06 octobre 2010

"Je est un autre"

Il n'est pas dans mes habitudes de faire de la publicité pour d'autres blogs, mais il fallait que je vous donne un morceau de ce que je viens de lire chez Truly (de retour après une si longue absence)...

"Il, quand je dis il je parle de lui, d’un autre, de l’autre, mais parfois il est moi, éclairage utile pour qui ne veut pas comprendre ce qui suivra, il disais-je, quand je dis je, il parle du narrateur dont on ne sait qui il est, il était droit comme un il, autre moi peut-être vingt, trente ans plus tard, il avait été posé là, assigné à son fauteuil dans sa robe de chambre qui fût un jour écossaise, le regard fixe, la bouche légèrement et obstinément entrouverte, quêtant les derniers souffles de vie, les tubes sortant de son corps chantant les dernières mélodies pas à la mode. Posé là dans le couloir, il me regardait, plus exactement son regard ou plutôt ses yeux étaient dans ma direction, voilà c’est cela j’étais dans son champ visuel, comme un obstacle à son horizon morbide, peut-être se voyait-il vingt, trente ans plus tôt."

Posté par incitatus à 22:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mars 2007

Passage à blanc

Je poste peu en ce moment... Je ne sais pourquoi, mais rien de ce que j'écris ne me plaît. Je trouve tout fade et sans couleur. Il n'y ni style, ni piment. Rien que des phrases mises bout à bout. Des mots sans grand intérêt. Alors j'attendais. Je voulais poster quelque chose de bien, qui soit plus que des mots. Mais je me rends compte que le temps me rattrape, et que je n'ai toujours pas posté. Alors...

serrure1

Posté par incitatus à 19:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 janvier 2007

De magia verborum

djinn2Démon ou farfadet,
Je ne sais.
Informe, ambigu, il
Négocie avec votre âme.
Noir ou blanc,
Sait-on jamais?

Un tout petit mot, cinq lettres insignifiantes. Et pourtant, tout un monde contenu dans cette simple graphie, cette sonorité si exotique. Ce mot qui résonne, tinte à mes oreilles. Un grelot, des bracelets d'argent qui s'entrechoquent sur une peau mate. Une première vision, puis une seconde. Un lutin facétieux qui joue des tours, un esprit incarné dans le corps d'une courtisane. Des couleurs chaudes, des parfums épicés. La fraîcheur d'une oasis, l'ombre d'arbres aux essences étrangères.

Des Z, Y, W, N, J et D qui s'additionnent sur ma réglette. C'est à moi de jouer. Que faire? Pas une seule voyelle à l'horizon. L'idée frappe tel l'éclair. Une vision. Il faut que je vérifie. 'Djinn'; mot compte double. Le lutin est alors un petit génie sympathique. J'adopte ce mot aux lettres rares et aux consonances si légères.

Une femme. Des voiles. Un trait sûr, simple et pur. Des couleurs chatoyantes. Irrésistiblement, je suis attirée. J'égraine les pages, je feuillette. J'achète. Je lis, je dévore. Une femme, habitée par un djinn. Un drôle de pouvoir: elle est incapable d'éprouver le moindre sentiment. Puis son démon la trahit et elle est prise à son propre jeu. Je n'en aime ce mot que davantage.

Un mot rare, oriental, coloré, chaleureux. Un simple mot, tout petit, à deux facettes. Un mot scintillant. Un mot magique...

ICI, un poème de Victor Hugo, assez impressionnant, intitulé "Djinns".

Posté par incitatus à 01:13 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 août 2006

Une histoire de "crampe au nerf derrière le nez"

Voilà quatre jours que nous sommes installées dans notre mignonne maison en pierre de tuffeau, maison de location bien entendu, non loin de la très belle ville de Chinon, en bord de Vienne. Et voilà quatre soirs que nous avons droit à un spectacle hilarant dans le jardin: alors que le soir tombe, mon père et ma sœur tentent de faire des bolas sous les directives de mon frère. Mon père a tendance à confondre cette discipline avec un sport particulièrement violent et ma sœur s'énerve quand ça ne marche pas, la tête recroquevillée dans l'espoir de ne pas s'assommer. Et la voici qui s'énerve de plus belle. Soudain, elle s'écrit:

« ça m'a fait comme une crampe au nerf derrière le nez! »

Un fou rire de plus...

Posté par incitatus à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,