Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

13 novembre 2012

Exploration en cours

Terrain connu, mais je suis finalement entrée dans le saint des saints, la salle 206, la salle des doctorants. On m'y a attribué un bureau, et je m'y suis installée. Murs blancs, trois grandes fenêtres sur la rue et les immeubles hausmaniens en vis-à-vis. Deux grandes armoires pleines de paperasses et de livres universitaires, une imprimante inutilisée, une bouilloire, des mugs et tasses en souffrances, et une multitudes d'auréoles caféinées en dessous. Mon poste est le dix-neuvième et dernier. Pourtant, je n'ai aperçu qu'une demi-douzaine de doctorants tout au plus. Sans doute certains ont-ils des horaires moins réguliers.

Hier, j'ai délaissé le confort de la Sorbonne pour aller voir mon deuxième bureau, à Nanterre. Enfin, ce n'est pas une place attribuée, mais il y a une salle des doctorants où je pourrai me mettre lors de mes visites. Quand je suis sortie de la gare, j'ai été pour le moins dépaysée. Le ciel gris et bas n'aidait pas vraiment à alléger le paysage. Malgré les portes du quatrième étage repeintes en vert vif, je n'ai pas réussi à me départir de ce sentiment d'inconfort. Probablement mes trois années à la maison de la recherche m'ont-elles donné de mauvaises habitudes. Nous râlions, mais oubliions que nous avions beaucoup de chance d'évoluer dans un environnement luxueux.

Un peu perdue, donc, malgré ma guide, je me suis installée dans la fameuse salle. Tout en longueur, cinq postes, l'on m'a conseillé d'utiliser mon ordinateur personnel plutôt que les vieux coucous du labo. Cela dit, les gens sont beaucoup plus chaleureux et accueillants. Ils ont une salle commune pour déjeuner, avec micro-onde et réfrigérateur, concepts inexistants en Sorbonne où c'est plutôt du chacun pour soi. Les enseignants et doctorants déjeunent ensemble. Les discussions vont bon train au milieu des vapeurs de soupe.

La semaine prochaine, je partirai à la découverte de mon dernier bureau, à Caen. Je ferai également connaissance avec de nouvelles personnes, ce qui m'angoisse, comme toujours. Mais je finirai par m'y habituer. J'espère.

Posté par incitatus à 22:43 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 avril 2012

Méconnaissable

Il y a des jours où je doute être encore à Paris. Des jours où un soupçon de folie semble s'être emparé de la capitale et où même la pointe de la Tour Eiffel émergeant de la brume à la fin du jour me donne l'impression de vivre dans un un monde parallèle, où même le train qui passe a des airs de film d'animation japonais.

tumblr_l8ly80lhTI1qdt45yo1_500

Quand je croise une femme qui, plutôt que le métro, le tramway ou le vélo préfère, pour se déplacer, le monocyle.

Quand je croise, sur le trottoir porte de Brancion, en face de l'auto-école, à côté de la station de tramway, quatre poneys Shetland.

Quand je croise sous le soleil de mars, sur l'esplanade sabloneuse au milieu du carrefour près de la Porte de Châtillon, un groupe de vieux qui jouent à la pétanque.

Mais le moment que je préfère, celui qui me fait oublier la folie citadine, c'est celui où, en rentrant chez moi, je fais un détour par le parc. Les fontaines, les arbres en fleur. Et quand, arrivée à l'appartement, j'ouvre ma fenêtre et j'entends les cloches d'une église proche qui sonnent à toute volée ; quand elles se taisent, on n'entend plus que le bruissement du vent dans les feuilles. Cette végétation sauvage, cette friche qu'est la Petite Ceinture, me rappelle les week-ends à la campagne, les soirées au jardin.

Et je souris.

P1010900

Si si, cette photo a été prise à Paris, au cours de ma promenade boulot-dodo.

Posté par incitatus à 20:39 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 février 2012

« La chance, c'est ce qu'on ne mérite pas. »*

Encore une fois, et même plutôt trois fois qu'une, la chance m'a souri. Cette femme chauve et insaisissable m'a à la bonne, sans doute. J'ai une chance de cocu. Il y a des des jours où je trouve ça louche, à l'instar de Baltasar Gracian Y Morales, qui trouve que « la chance qui dure est toujours suspecte. »**

Depuis janvier, nous attendions la désignation des équipes pour les projets de fin d'études. Avec huit participants, nous avions tablé sur quatre binômes. Mais c'était sans compter le manque d'organisation du directeur, qui, avec deux mois de retard, nous dispatcha dans trois groupes : deux trinômes et un binôme. Travailler à plus de deux est toujours difficile, et Dame Fortune eut pitié de mon déplorable sens du travail en groupe en m'assignant un unique collègue pour ce projet.

Sur ces mêmes projets, trois sujets. Un tout-à-fait palpitant encadré par deux enseignants compétants et synpathiques. Un autre très intéressant mais dans un langage inconnu - or un mois pour apprendre un langage informatique en plus de faire le projet, c'est court. Un dernier sans intérêt, encadré par un incapable doublé d'un "enfoiré". Le choix est vite fait. Mais tout le monde a fait le même. Donc, tirage au sort. A. et S. tirent en premier leur sujet. Je prends celui qui reste. Et pour dire les choses comme elles sont, elles n'ont pas eu de chance.

Enfin, l'autre jour, à la fin du cours, la prof demande à me parler. Je prends peur, parce que la dernière fois, je me suis fait enguirlander. Mais en l'occurrence, ce ne sont pas des remontrances. Mon angoisse était vaine : on me propose une thèse. J'en suis comme deux ronds de flan. Une thèse. Soit. Une telle occasion ne se refuse pas. J'ai le choix entre Caen et Nanterre, c'est une thèse rémunérée, et un sujet intéressant.

Il y a vraiment des moments où je me demande où est la faille. J'ai beau chercher, à part les mouises familiales - frère au cerveau en fromage blanc et troubles conjugaux chez la Sister, mère malade et père... père - je ne vois rien qui fasse le poids pour contrebalancer une telle bonne fortune.

Je ne me plains pas. Je me contente de sourire d'un air incrédule. (Et d'angoisser à l'idée que mon dieu il va falloir parler à des gens inconnus pour mettre en place ce projet de thèse.) J'ai souvent envie de dire que "ça va un peu trop vite entre nous", mais j'ai comme l'impression que l'avenir est une garce qui ne nous laisse pas vraiment le temps de nous acclimater.

* Paul Guth**

** Merci Evene !

Posté par incitatus à 17:05 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 février 2012

Angoulême : tome 3

Enfin, frigorifiée, je prends mon courage à deux mains et vais pour passer la frontière du Monde des bulles, cette immense librairie sous chapiteau. La foule, à l'intérieur, est compacte. Sac au ventre, je me fends un passage tant bien que mal. Je fais quelques emplettes, ressors sous les trombes d'eau pour me rendre à l'espace Mangasie, où j'ai l'intention d'écouter une rencontre avec des auteures coréennes. Mais l'écoute se fait debout, et mes pieds sont fatigués. Encore une heure et demi avant mon train du retour.

photo

À cours d'idées, je m'installe dans une file de dédicace. Au moins il fait chaud, et j'ai un objectif. Mais le temps passe, et la queue n'avance pas. Les deux personnes devant discutent, assises en tailleur sur leur manteau. Je reste debout. Mes pieds s'enlisent dans la moquette de fortune. Je comprends rapidement ce qui prend autant de temps : le dessinateur et la coloriste sont présents et font les dédicaces à deux. 1, crayonné ; 2, couleur ; 3, encrage. Ladite couleur étant de l'aquarelle, on ajoute un temps de séchage. En tout, plus d'une demi-heure par dédicace. Il reste encore trois personnes devant moi, mais je vais devoir partir, mon train ne m'attendra pas.

P1010834

Au hasard de quelques mots échangés avec mes voisins de file, je leur fais comprendre que je vais devoir abandonner ma quête. Une heure et demi d'attente, et je repartirai les mains vides. Mais c'était sans compter sur la gentillesse des deux personnes devant moi.
« Où est-ce que tu rentres ? - Paris. - Oh, mais on peut prendre ton album et te le rapporter dédicacé. - C'est vrai ? »
Et oui, c'est vrai. Je leur ai laissé l'album, sans l'ombre d'une hésitation. Je ne les connaissais pas, mais qu'importe ? Numéros échangés, ils me donneraient des nouvelles du bébé plus tard. Au fond de mon crâne, je me dis qu'au pire, j'ai perdu une bande dessinée. Je ne suis pas une collectionneuse de dédicaces, loin de là. En général, la perspective de devoir parler à des auteurs me tétanise. Alors si je ne récupère pas ma dédicace, je n'en mourrai pas.

P1010837

Je pars en courant vers la gare, grignote mon sandwich sur le quai, dans l'air glacé de la nuit. Le train arrive, je m'installe dans mon box première classe, m'étale sur les quatre sièges, et lis mes albums sans pouvoir fermer l’œil malgré la fatigue. La douleur dans mes pieds est intense, mais je suis heureuse. Je suis heureuse de voir qu'il existe encore des raisons de croire en la bonté de l'être humain. Même si bien souvent j'ai du mal à voir autre chose en l'Homme qu'un requin ou un loup assoiffé de pouvoir et d'argent, certaines choses nous rappellent que l'humanité n'est peut-être pas perdue.

Ça peut paraître niais, grandiloquent, voire mystique, mais ce simple geste a illuminé ma journée solitaire. D'un coup j'ai pardonné à tous ces couples, familles et groupes d'amis qui m'ont narguée toute la journée, le long des rues d'Angoulême.
Rentrée à 23h00 chez moi, je me suis endormie sans demander mon reste, un MMS de ma dédicace au creux du poing.

28012012000

Posté par incitatus à 00:49 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 février 2012

Angoulême : tome 2

Dix heures sonnent au clocher de l'église Saint-Martial. L'exposition sur l'Europe ouvre. Des dessinateurs de tous les pays d'Europe ont illustré des principes de la législation européenne par une planche de bande dessinée. La diversité des styles et des traits est impressionnante. On se rend compte de la richesse que recèle encore notre vieux continent qui donne si souvent l'impression d'être épuisé.

europe

Je passe en coup de vent à l'exposition sur la bande dessinée taïwanaise, tant il y a de monde. Puis je retourne vers le conservatoire. C'est calme, peu de foule. Des petites filles en justaucorps sortent de leur cours de danse. Je m'assois dans le hall. J'ai une heure d'avance, mais au moins je suis assise et il fait presque chaud.

P1010775

Conférence sur la bande dessinée taïwanaise, avec trois auteurs invités. J'apprends qu'il existe des aborigènes sur cette île de culture et de langue chinoises. Un des auteurs présents a vécu parmi eux pour raconter leur histoire d'un point de vue interne. Pause déjeuner. Conférence sur le yaoï et BL : la population est totalement différente. 80% de jeunes filles (entre 18 et 25 ans je dirais), et quelques garçons égarés – petits-copains contraints de suivre leur douce amie et journalistes pour l'essentiel. J'avais déjà assisté à une conférence de cet éditeur sis à Versailles, et lu la revue sur le même thème. J'ai été légèrement déçue qu'il n'aille pas plus loin dans ses analyses, comme s'il cherchait à rester accessible pour son public jeune. Au moment des questions, je me suis sentie un peu déplacée au milieu de ces fangirls qui maîtrisaient le vocabulaire japonais à la perfection. Mais je me suis rassurée en me disant qu'au moins, j'avais un regard plus critique sur ce que je lisais (les histoires de quasi-pédophilie à peine dissimulée sous de la romance mielleuse et collante, très peu pour moi).

manga

15h00. Je décide de descendre vers la Cité internationale de la bande dessinée. Un arc-en-ciel se dessine. J'ai dans l'idée de jeter un œil à l'exposition sur Art Spiegelman, mais une fois sur place, la foule est tellement dense, l'attente semble tellement longue, que je renonce. Au lieu de m'entasser avec les autres, je grimpe les escaliers quatre à quatre, direction la bande dessinée suédoise... qui n'a guère d'impact sur moi. Aussitôt je ressors. Il s'est mis à pleuvoir des cordes. Bientôt, les gouttes deviennent une sorte de grêle fondue, particulièrement glaçante. L'esplanade, de l'autre côté de la passerelle, est désertée. Tout le monde s'est réfugié dans le musée. Je crois que je préfère encore la douche au bain de foule.

P1010811

Je décide de remonter par le chemin des remparts. L'eau cascade sur le sentier de terre et de gravier. Les flaques de boue salée ont raison de mes chaussures. La pluie s'est calmée. Je me perds dans les ruelles pavées et désertes. Cette ville est vraiment belle, même sous la pluie.

P1010825

Posté par incitatus à 00:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 janvier 2012

Jargon mathématique

Estimation, algorithme, topologie, somme pondérée, moyenne, probabilité, gaussienne, logarithme, grandient... Les mots semblent une litanie sans fin de syllabes, à peine articulées, heurtant l'oreille et nous plongeant dans un silence dubitatif et dans l'expectative. Probabilité conjointe maximale. L'expression est lâchée. Ce pourrait être une insulte que nous n'y verrions que du feu.

Cet être mou et qui se croit investi d'une sacro-sainte autorité mais qui ne parvient même pas à avoir le respect de ses étudiants a peut-être l'intention d'empêcher toute question ou protestation en nous noyant dans son jargon technique et d'une laideur à pleurer.

Aridité, sécheresse. Nous sommes dans le désert des statistiques. Ou des probabilités. Le tout appliqué à la parole. Saupoudré de formants, de spectres, de pitch, de hertz, de nanosecondes. La linguistique est peut-être une discipline sévère et rigide, mais jamais je n'avais imaginé qu'on pourrait la rendre aussi vide, aussi désincarnée.

C'est triste.

Posté par incitatus à 22:42 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 janvier 2012

pudor, oris : la honte

Le ciel ce matin s'assortit parfaitement à mon humeur, ou même, à mon état d'esprit : gris, monotone, froid, triste à mourir.

Il y a des moments où l'on nous dit de grandir, et ceux, bien pires, où l'on se rend compte par soi-même qu'il faut avancer. Bien sûr, il y a des choses qui évoluent sans douleur, presque imperceptiblement. Mais pour le reste, c'est au gré de désaccords croissants, de petites phrases piquantes et douloureuses comme « ce n'est plus de ton âge », que l'on apprend qu'il faut changer.

Le changement est terrifiant. Absolument et incontestablement paralysant. Il y a des jours où, sans doute, je le cherche avec avidité, et surtout quand je ne sais pas sur quel pied danser ou que je me retrouve sur des charbons ardents ; alors tout mouvement est le bienvenu. Mais quand on est bien au chaud dans un duvet, pourquoi en sortir ?

Sans compter que tout ne nécessite pas de changement. Des choses, qui relèvent des affaires intérieures, comme nos choix de livres ou de films, dépendent entièrement de nos choix et préférences. Il y a des adultes qui pratiquent encore des jeux de rôles et que d'hypocrites joueurs de poker ou autres « jeux de grands » vont regarder de travers ; il y a des adultes qui regardent encore des dessins animés, se protégeant du bouclier de la nostalgie et du souvenir. Personnellement, je ne me protège pas : pourquoi ? À quoi bon ? On peut bien lire et regarder ce qu'on veut.

Aussi, quand on m'a dit que je devrais grandir et lire des choses plus évoluées que Harry Potter, je me suis sentie blessée. Passe encore que ce soit un voisin de classe : c'était plus pour me charrier, et il a trente ans passés, il doit se sentir vieux. Mais ma propre mère. Elle n'a réussi qu'à me rendre honteuse de mes lectures. Parce que me dire d'arrêter ne me fera pas arrêter. Seulement désormais je ne pourrai plus lire dans le métro ou dans les couloirs de la fac sans penser à l'opinion des autres. Si même ma mère juge mes lectures, je ne sais plus où me réfugier.

Désormais j'ai peur et honte et mal, et si le ciel se met à pleuvoir, je risque de l'imiter.

Posté par incitatus à 10:17 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 décembre 2011

Lumière matinale

P1010714

Posté par incitatus à 22:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

06 décembre 2011

Réveil douloureux

J'ai passé ma journée d'hier à relier Momos, Athéna, Phobos, Arès, Alecto ou Lêto à leurs parents, puis à leurs attributs puis à leurs autres relations. Je voyais danser des dieux et des déesses devant mes yeux. La dead-line était minuit. J'ai envoyé le tout à deux heures passées.

Dans mon rapport, j'ai parlé de viol et d'adultère, d'Hermaphrodite qui ne rentrait pas dans mon modèle, d'Hercule que je considérais comme mortel et de Psyché que je voyais comme une déesse, j'ai expliqué ce qu'étaient les Hécatonchires et les Cyclopes, l'égide et la marotte.

Et quand j'ai eu terminé, je n'avais plus la moindre envie de dormir. Alors j'ai fouillé dans mes scans de mangas, et j'ai découvert une perle, qui m'a collé un sourire niais au visage. Eh oui, je souris niaisement même à quatre heures du matin. Mon sourire s'est quelque peu crispé quand j'ai vu l'heure.

Une fois dans l'obscurité, j'ai repensé au dîner, à son air bouffi, à sa solitude, au blanc qui a suivi mon refus. J'ai eu mal pour lui, et je me sens coupable. Je ne devrais pas. C'est ce qu'il cherchait après tout. Mais je n'y peux rien, c'est plus fort que moi : il faut toujours que je m'inquiète pour les autres.

J'ai les yeux bouffis, et les membres endoloris. J'ai dormi trois heures et mon cours ce soir finit à vingt... J'ai envie de me recoucher.

Posté par incitatus à 09:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

23 novembre 2011

Lux

Levée avant le soleil, j'ai travaillé dans l'ombre de mon rideau tiré, l'écran éclairant de sa lumière blafarde mon visage et mes yeux éveillés malgré l'heure matinale.

Aussi, lorsque je suis sortie quatre heures plus tard, la ville s'agitait déjà, bruyante et mouvante.

Sur le boulevard, derrière les voies de chemin de fer, se profilait un soleil voilé mais resplendissant de beauté. Les nuages légers, légers, donnaient une nuance à peine discernable de jaune, oranger, rose presque à cette lumière douce et brumeuse, comme saupoudrée.

Devant ce décors d'une splendeur discrète, les cheminées des immeubles se découpaient, noires, alignées sagement devant cette clarté automnale.

Posté par incitatus à 10:18 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,