Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

13 décembre 2006

13

Tant crie l'on Noël qu'il vient.
(François Villon, Ballade des Proverbes)

Posté par incitatus à 06:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 décembre 2006

10

Noël n'est pas un jour ni une saison,
c'est un état d'esprit.
(Calvin Coolidge)

Posté par incitatus à 07:10 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

08 décembre 2006

8

Il y a quatre âges dans la vie de l'homme:
- celui où il croit au Père Noël
- celui où il ne croit plus au Père Noël
- celui où il est le Père Noël
- celui où il ressemble au Père Noël.

(Anonyme)

Posté par incitatus à 06:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 décembre 2006

5

Noël c'est la veille, l'attente.
(Georges Dor, Après l'enfance)

Posté par incitatus à 06:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 décembre 2006

2

« La neige possède ce secret de rendre au cœur en un souffle la joie naïve que les années lui ont impitoyablement arrachée. »

(Antonine Maillet, Pointe-aux-Coques)

Posté par incitatus à 06:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 décembre 2006

Ombres chinoises

GU90346_4Intangibles, immatérielles elles se meuvent avec lenteur, avec langueur sur le plafond de ma chambre. Furtives. Mon œil aux aguets capture un éclat d'écarlate, un morceau de ciel, une palme, l'or d'un vêtement. Mais à peine effleurées, elles s'évanouissent, elles s'évaporent.
Voilà désormais qu'un fragment de lumière est entré dans mon œil. Il y reste prisonnier. Un tesson de rire cristallin qui éclaire mes yeux. Cette agréable sensation qu'il y restera, ce petit bout de lumière, dans mon iris. Mais la couleur s'affadit. Mon œil est toujours brillant, mais ce sont des larmes qui perlent au bord de mes cils. Mes yeux sont gris...

cavalier_jardin_du_carrousel"Si on bougeait la lanterne, je distinguais le cheval de Golo qui continuait à s'avancer sur les rideaux de la fenêtre, se bombant de leurs plis, descendant dans leurs fentes. Le corps de Golo lui-même, d'une essence aussi surnaturelle que celui de se monture, s'arrangeait de tout obstacle matériel, de tout objet gênant en le prenant comme ossature et en se le rendant intérieur, fût-ce le bouton de la porte sur lequel s'adaptait aussitôt et surnageait invinciblement sa robe rouge ou sa figure pâle toujours aussi noble et aussi mélancolique, mais qui ne laissait paraître aucun trouble de cette transverbération."

Posté par incitatus à 21:21 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 novembre 2006

A propos

Quelques paroles d'une très belle chanson de Henri Salvador, qui tombe à propos...

Il fait dimanche à Marrakech
Dans l'ombre d'une de ses ruelles
Quand je vole sur tes lèvres fraîches
Le sucré des cornes de gazelle

Posté par incitatus à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 octobre 2006

Sept

Un jour, traînant dans le rayon bandes dessinées de Gibert, j'ai découvert ceci au dos d'un album:


                            De l'orgueil, tel Narcisse,
                                    tu payeras le lourd tribu.

                            De la paresse, tel Pâris,
                                    tu succomberas au lent venin.

                            De la gourmandise, tel Thésée,
                                    tu subiras les immondes tourments.

                            De la luxure, tel Orphée,
                                    tu goûteras le fruit amer.

                            De l'avarice, tel Midas,
                                    tu apprendras la dure loi.

                            De l'envie, tel Prométhée,
                                    tu connaîtras le châtiment éternel.

                            De la colère, telle Pandore,
                                    tu seras l'instrument fatal.

                                Enfin, à la toute fin,
                        à ton âme par sept fois anéantie,
                                    l'Espérance seule il te restera
                                pour vivre et revivre.

Je profite de ce texte, superbe, pour mettre des liens vers de textes écrits par les incarnations de Sept péchés capitaux (on attend toujours les productions de la Luxure et de la Gourmandise, mais pour palier à ce manque, un lien vers une page de citations est mis en place.)

Posté par incitatus à 23:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

15 octobre 2006

Cueillette

antonio_placer1Hier soir, premier spectacle de la saison au théâtre. Pour commencer, un concert de ''musique du monde''. Mélange des cultures à tous les niveaux: langues espagnole, galicienne, française, sarde, etc; musique à un carrefour, entre flamenco, fado, tango, arabo-andalouse et bien d'autres; une chanteuse sarde, un contrebassiste mexicain, un batteur uruguayen, des Français à l'accordéon, au saxophone, à la flûte, au trombone, et lui, le chef, le chanteur, espagnol vivant à Grenoble. Ses textes sont splendides et recèlent une poésie subtile. En voici quelques grappes, cueillies comme ci, comme ça...

 

Humaine. L'Église n'est pas humaine
                    du peuple qui rageusement,
                    satanise la femme,
                    en nous privant de son savoir:
                    être Marie et Madeleine à la fois.
                    (...)
                    On diffame le sexe,
                    la taille et le regard,
                    on murmure que la beauté
                    est esclave du Diable.
                    Pomme,
                    si Dieu l'a faite sainte
                    et épouse de Antéchrist,
                    ce fut afin de pouvoir l'apaiser.
                        in ''Humaine''

   Admets que le vent va et vient
                                        de tes forêts à celles de ton voisin,
                                        le bon et le mauvais, tout fait danser.
                                            in ''Oublier ce qu'on a appris''

Mes mains cheminent vers l'été
    sur la douceur de ta peau.
    Des roses blanches et puis rouges
    sont tes caresses sur mon corps.
    Laisse-moi être le jardinier
    et cultiver tout ton dos,
    semer des baisers de fleur
    dans tes sillons d'abricot.
       in ''Sérénade''

Cette femme, cette femme me fait peur.
                    Et pourtant elle m'attire comme le silence
                    qui donne le jour à tout son, triste ou gai.
                    Quand elle parle, elle me dit des choses que je ne comprends pas,
                    Et pourtant, ce qu'elle dit a goût de poésie.
                        in ''Cette femme a goût de poésie''

   Nous buvons ensemble le couchant
                                        et la peau de la nuit s'éveille
                                        dans nos mains croît le vent
                                        et sur tes lèvres, le souffle d'une étoile.
                                            in ''Baigne la lumière''

Posté par incitatus à 23:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 octobre 2006

Oh rage!

colereLe ton monte. La dispute éclate. « On dirait Mamie! » Les mots claquent et résonnent.

''Quelle rage a-t-on d'apprendre ce qu'on craint de toujours savoir!'' (Beaumarchais)

Je perds patience. Ces mots ont été répétés une fois de trop.

''On n'a pas grand mérite à perdre patience quand on est incapable d'un mouvement de colère...'' (Marcel Aymé) ''La parole douce rompt la colère, la parole dure excite la fureur.'' (La Bible)

Alors la colère sort en rafale. Je hurle. Je pars.

''Les larmes diminuent l'intensité de la colère.'' (Massa Makan Diabaté)

Je me calme...

Pour les citations, voir evene

Posté par incitatus à 23:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,