Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

24 juillet 2011

Anniversaire

La pluie tombait dru ce soir-là. Les pavés brillaient, des rigoles et de petites marres se formaient un peu partout sur la place. Pourtant, il y avait foule au château. Les fêtes vénitiennes devaient avoir lieu, malgré le déluge, et dans la galerie des batailles un concert se préparait.

Les parapluies s’alignaient devant la grille d’or, les cols relevés, les pieds recroquevillés dans les sandales trempées. Les vestes d’été étaient bientôt vaincues et l’eau perçait. Les cheveux dégoulinaient et les lunettes s’embuaient. L’on attendait pour entrer dans la galerie.

Soudain, un petit bonhomme sous un immense parapluie nous indiqua la direction opposée. L’entrée pour la galerie des batailles se faisait de l’autre côté de la cour. Là-bas, les gens s’ébrouaient et affrontait un flot continu de touristes qui tentait de sortir. Parapluie repliés, manteaux sur le bras, la masse s’agglutinait dans un grand escalier. Et enfin, l’entrée dans la galerie des batailles.

Immense, aussi magnifique que dans mon souvenir, les ors se reflétaient sur le parquet grinçant. Des dizaines de rangées de chaises, alignées devant une estrade drapée de noir. Le décors des tableaux se suffit à lui-même.

Le public se tut lorsque les musiciens firent leur entrée en scène. Applaudissements. Quelques quintes de toux. Une vague odeur de chien mouillé, une atmosphère humide de vêtements qui sèchent peu à peu dans la chaleur de la salle. Puis la voix du premier violon s’éleva.

En guise de prélude, avant les Quatre saisons, trois petits morceaux de rien, trois petits bijoux ciselés dans la partition. Le deuxième est tellement beau que les larmes me montent aux yeux. Vivaldi est un magicien. Un sorcier. Un enchanteur. Et c’est Fabio Biondi qui dirige. Lui aussi a de la magie dans les doigts.

C’était magnifique.

Posté par incitatus à 11:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 mars 2007

Notre-Dame

Je t'ai vue deux fois au cours de la dernière semaine.

Une fois, nous fêtions un anniversaire. 18 ans. Nous étions quatre devant toi. Nous t'admirions du regard des gens qui ont bien mangé, avec du chocolat au coin des lèvres. Nous t'avons même fait l'honneur d'un air de flûte, d'un pas de danse, d'une photographie, de quelques fous rires.

L'autre fois, nous allions au théâtre. Nous n'étions plus que deux, à errer dans les rues de Paname. Nous cherchions une robe. Nous nous sommes retrouvées dans le Marais sans même nous en rendre compte. Nous avions dîné. Nous nous sommes posées devant ton imposante face. Nous t'avons observée. Puis nous t'avons quittée pour un poète infernal.

IMGP0004 IMGP0005 IMGP0006

Posté par incitatus à 00:05 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 mars 2007

300

Voici mon message n°300, posté en direct de Tunis, pour votre plus grand plaisir... Il était temps qu'il arrive puisque je pars demain. Ainsi, j'ai la joie et l'exclusivité du "post n°300 made in Tunis" (exception faite des Tunisois, bien entendu!).
Parce que ça fait maintenant un petit moment que je traîne sur la toile, je tiens à vous remercier, ô lecteurs, pour votre courage et votre assiduité.

Petit bilan chiffré (pour ceux qui aiment les chiffres):
Total visiteurs : 4943
Total pages vues : 13195
Date de création : 4/07/06
Pays d’origine des visiteurs : très variés, Tunisie en augmentation
Mots-clefs : toujours aussi étranges : « femme qui se fait déchiré par un cheval » (la faute d’orthographe n’est pas de moi), « nez qui coule », « blog flaubert la marsa » ( ?), « belle phrase de cheval », « matthieu dessertine », « accipe dardanide moriturae » (… elissae).
Total commentaires : un paquet ! (je ne vais tout de même pas les compter ! et canalblog ne fait pas le décompte automatique, ou alors je ne l’ai pas vu…)

Alors voilà. MERCI A TOUS!
Cordialement,

Inci

Posté par incitatus à 11:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Aujourd'hui...

Ma très chère Cécile,

Tu as aujourd'hui un an de plus. J'aurais aimé te le dire de vive voix, mais je suis à quelques milliers de kilomètres de toi. C'est pourquoi, en attendant de te voir, ce qui ne saurait tarder, je te souhaite un très joyeux anniversaire, parce que, mine de rien, avoir 18 ans, ce n'est pas rien.
Quand j'ai eu 18 ans, toi, tu étais là. Et moi, ingrate, je profite de vacances prolongées... Mais promis, je me rattraperai.

Je pense très fort à toi et t'envoie mille et mille baisers.
Tu me manques,

Loche

Posté par incitatus à 10:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

23 juillet 2006

Gâtée...

Pour mon bac, ma grand-mère a eu la magnifique idée de me faire un cadeau. Et pas n'importe quel cadeau! C'est tout simplement splendide: elle m'a donné les plus beaux livres de sa bibliothèque, l'oeuvre intégrale de Verleine et Baudelaire, datant de 1950 environ et reliée cuir... "C'est-y pas beau ça?"

beau cadeau

Posté par incitatus à 23:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Fête nat' (vendredi 14 juillet)

Pour la première fois de ma vie, j'ai fêté mon anniversaire avec mes amies le jour-même de ma naissance, le 14 juillet. Pour mes dix-huit ans. Jusque-là, je l'avais toujours fêté au mois de juin, avant les grandes vacances. Et, depuis six ans, je ne le fêtais plus du tout avec des personnes autres que ma famille. Cela faisait même quatre ans que j'étais à l'étranger lorsque je vieillissais d'un an.

Partie de jambes en l'air

Et cette année, vous m'avez fait l'immense plaisir d'être avec moi pour fêter ma majorité. Alors je tenais à vous remercier pour cette soirée. Nous étions certes fatiguées par cette semaine de débauche "non-stop", mais cela ne nous a pas empêchées de faire une partie de jambes en l'air dans le jardin, à la lueur des flambeaux. Pour ceux qui auraient tout compris de travers, cette "partie de jambes en l'air" consiste tout simplement à s'allonger en étoile dans l'herbe, les têtes au centre, de lever les jambes au-dessus des têtes et de prendre une photo de nos pieds nus ainsi disposés... Rien d'autre!

cadeaux

De plus vous m'avez gâtée: des chansons d'amour du Moyen-Age, époque bénie de notre histoire de France (et du monde aussi d'ailleurs!), ainsi qu'un bréviaire du chevalier, qui me guidera sur le droit chemin de la vie (on y croit!!!). La tortue a enfin retrouvé sa cousine, qui l'attendait sagement sur son étagère depuis des années. Et les chaussettes! Alors là... c'est quelque chose: un cactus s'écriant "Qui s'y frotte s'y pique". Pas mal, hein? Moi, j'adore. Pour que l'on me prenne totalement pour une folle, je n'aurais plus qu'à mettre au pied droit le cactus et au pied gauche, le lézard ("Y a pas d'lézard...").

Posté par incitatus à 23:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 juillet 2006

Derniers instants

18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18


Dans quelques heures...

Déjà il fait nuit. Au loin dans la plaine résonnent les feux d'artifice. Je ne les vois pas derrière la forêt, mais ils me narguent, je le sais. Ils me rappellent narquoisement que demain, j'ai dix-huit ans...

Je profite des derniers instants d'insouciance qui me seront désormais interdits. J'ai l'impression que le poids des responsabilités va venir m'écraser d'un seul coup. De l'appréhension, ça c'est sûr...

Ne pouvez-vous m'offrir un an de moins pour mon anniversaire???


18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18

Posté par incitatus à 23:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

07 juillet 2006

Gloubi-Boulga de n'importe quoi

Voilà quelque temps que j'ai un sourire jusqu'aux oreilles... Je traîne devant mon écran, enveloppée dans un drap qui est censé devenir le costume de Comtesse Paresse. C'est avec un oeil qui diverge vers le reportage de Thalassa et un qui tente désespérément de résister et de se fixer sur l'écran, le casque fixé sur les oreilles pour n'être pas tentée d'écouter le reportage et rester concentrée sur ce que j'écris, que je vais essayer de raconter ce qui me fait sourire.

Une longue attente. Un dîner bruyant (demandez donc à nos voisins de table qui ont dû nous prendre pour des dingues). Un anniversaire, celui de notre belette préférée. Quatre folles qui décident de prendre en main les festivités. Une sortie à Paris. En RER comme d'habitude. Sortie à Saint-Michel, comme d'habitude. Des habitudes que nous aimons, toutes autant que nous sommes. Que serait une sortie à Paris sans un crochet par Shakespeare & Co.? Quel sens donner à nos escapades sans passer par la rue de la Huchette? Une petite table ronde dans un bar enfumé. Cinq coktails et un serveur qui danse très... tribalement? En tout cas, ça plaît à Lu... Une boîte à chaussures, des petits papiers, une bougie menaçante. Puis une petite marche et des folles... que nous sommes! Mais ce n'est pas moi qui ai fait des bulles dans mon coktail! (et encore moins qui ait tenté de l'aspirer par le nez!!!). Des cadeaux, nombreux, lourds et encombrants, surtout pour une ballade sur les quais... N'est-ce pas? Un tunnel noir, un peu de peur, on se tient la main le temps de passer. Le RER de nouveau, à cinq sur quatre places (hein ma Dame-Oiselle?). Petite marche pour regagner l'antre de Ferdinand Ier, pieds nus... Discussion écourtée par l'arrivée prématurée, mais bienvenue, de Morphée...

20_Mai__Nuit_des_Mus_es__065

Voici quelques mots pour raconter cette soirée que j'ai beaucoup aimé passer en votre compagnie. Encore un bon anniversaire ma chère belette!

Posté par incitatus à 22:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,