Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

26 décembre 2011

La première fois que j’ai vu ce film, j’étais dans l’avion et je partais pour le Canada. Quand il était sorti au cinéma, j’avais eu très envie d’aller le voir (voix de Johnny Depp et tout ça), mais cela ne s’était pas fait pour d’obscures raisons de temps qui passe trop vite et autres excuses du même acabit. J’ai donc découvert ce film en VF (j’ai beau comprendre l’anglais, regarder un film d’animation sans sous-titre, c’est trop me demander), sur un écran minuscule et avec une qualité d’image déplorable. Pourtant, j’avais bien aimé l’histoire.

Rango

Aussi, dès que j’ai pu, je me suis procuré le DVD, et la semaine dernière, j’ai pu le revoir sur grand écran, avec toute la qualité d’image et de son, et surtout, en VO. Et j’ai encore plus aimé. Et pour cause : le scénario est classique mais présente de petits clins d’œil « méta-référentiels » comme je les aime tant, des questions existentielles, des références à la pelle, des personnages hauts en couleurs, une véritable intrigue, de l’action… bref, tout ce qu’il faut pour faire un bon film. Et une bande originale excellente, bien sûr.

Les images sont superbes, paysages de désert, ciels immenses, les décors sont très beaux, ville perdue et en train de sombrer, la route, les personnages ont de véritable « gueules », ils ne sont pas beaux, sont même effrayants ou dégoûtants, et c’est ce qui fait leur charme. Et l’histoire du lézard qui ne sait pas qui il est mais doit construire son propre personnage, pour trouver son identité, est vraiment bien. Compliquée, mais c’est ce qui fait tout son intérêt. Ce film est un véritable conte philosophique, ou plutôt, western philosophique, avec ses réflexions sur la foi, la croyance, l’identité, l’espoir, le bien et le mal, le progrès, le rituel et tant d’autres thèmes prisés des professeurs de philosophie.

Rango, c’est plus qu’un film pour enfant.

Posté par incitatus à 22:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 octobre 2011

Pompoko

Film complètement hallucinant et halluciné. Les personnages principaux, des tanukis, êtres fantastiques sortis tout droit de la mythologie japonaise, présentent de nombreux visages, recoupant leurs formes réelle et mythique. A la fois chien viverrin, sorte d’animal ayant l’aspect d’un chien, d’un raton laveur et d’un blaireau, et personnage burlesque aux testicules « imposants » comme dit Wikipédia. Quand on n’est pas familier de l’imaginaire japonais et qu’on a l’habitude des dessins édulcorés et asexués disneyens, voir des personnages – même animaux – sexués de manière aussi visible surprend et fait sourire. Première chose, donc, une rencontre inattendue avec une mythologie qui nous est complètement étrangère.

Pompoko

Quant à l’histoire, on retrouve les thèmes chers aux Studios Ghibli : l’urbanisation, la déforestation, l’oubli des cultes ancestraux. La forêt où nos tanukis s’ébattent depuis des siècles est menacée par la construction d’un quartier d’habitation. Désespérés, ils enchainent les tentatives et les échecs à un rythme effréné, entrecoupé de fêtes endiablées et de réunions plus ou moins fructueuses. Ces petits animaux malicieux et cocasses ont en eux quelque chose de profondément humain : ils aiment « la bonne bouffe », se laissent facilement avoir par les luxes de la vie quotidienne, ne perdent pas une seule occasion de s’amuser, et s’adaptent tant bien que mal à leur environnement.

Par ailleurs, la fin somme toute assez surprenante, ni défaite, ni victoire, sonne vrai et fait réfléchir sur la signification de l’histoire dans son ensemble. C’est une vraie réussite que ce film, et un bon moment à passer.

Posté par incitatus à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 octobre 2011

Paris en musique

Ce matin, à la séance de dix heures, j'ai vu un film qui met de bonne humeur, un film dont la musique reste dans la tête, un film d'animation, un film français, un film parfait. Ce matin, j'ai vu Un monstre à Paris.

vu le 16/10/2011 ; 3D

Un Monstre à Paris

Le Paris du début du XXe siècle, avec ses rues pavées, ses quartiers tordus, ses toits aux mille cheminées. Un projectionniste timide, Émile, en pince pour la jolie guichetière, Maud. Son ami Raoul, personnage épuisant mais fort sympathique malgré tout, est livreur. Là-dessus on ajoute la chanteuse à la voix magique, Lucille, un méchant préfet, un policier intègre, un singe fort intelligent, un savant fou parti en voyage, et une puce. Vous avez ainsi une panoplie de personnages qui fait des miracles.

Le caractère bien trempé des unes complète fort bien la timidité maladive des autres, l’assurance exaspérante de certains est nuancé par la modestie d’autres. Un savant mélange, justement dosé, pour un film délicieux. Dialogues rythmés, jeux de mots, malice. Ces personnages nous donnent envie de les rencontrer.

L’histoire, si elle est assez classique, n’en est pas moins réussie. Au contraire ! Un mélange de Belle et la Bête, mais qui n’est pas une histoire d’amour. Au cœur de l’intrigue, la musique, et la différence. La bande-son est géniale et donne envie de se trémousser pendant tout le film. -M- et Vanessa Paradis : deux voix que j’aime particulièrement, réunies pour un même film. que demander de plus ?

Quant à l’aspect visuel, même si la troisième dimension n’apporte pas grand chose (pour ne pas dire rien), les décors, les couleurs, bref l’esthétique tout entière du film est une véritable réussite ! Ce Paris 1910 en crue est une véritable œuvre d’art. Art un peu naïf, un peu décors de théâtre de marionnettes : mais après tout, ne sommes nous pas au spectacle ?

Conclusion : il faut aller voir Un monstre à Paris. Film d’animation français, avec plein de voix connues d’artistes appréciés (-M- et Vanessa Paradis, bien sûr, mais aussi Gad Elmaleh, Ludivin Sagnier et j’en passe…), rythmé et entraînant. Un très bon moment à passer !

Posté par incitatus à 14:59 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,