Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

12 décembre 2012

Commencement

Lundi, j'ai passé ma première nuit à Caen. La première d'une longue série, a priori.

Lorsqu'à dix-huit heures un peu passées j'ai quitté le campus, les couloirs étaient presque déserts, il faisait sombre, et j'étais frigorifiée. Le tramway, bondé, m'emmena jusqu'au centre-ville, jusqu'à mon hôtel. Quoique propre, cet hôtel semblait mal en point. La chambre avait été repeinte à neuf, mais les couloirs donnaient une impression de décrépitude qui me mettait mal à l'aise. J'avais l'impression de ne pas être à ma place. Le chauffage dans la chambre ne fonctionnait pas : je n'ai donc pas réussi à me réchauffer.

Puis je décidai d'aller dîner. La gargote de la place devant l'hôtel ne m'inspirait pas vraiment. Un petit tour sur internet m'indiqua un restaurant marocain* qui avait l'air parfait. Cinq minutes plus tard, j'étais installée au chaud, dans un petit restaurant, et l'oud me berçait pendant que je faisais mon choix. La portion de couscous que l'on me servit aurait pu facilement nourrir trois personnes. Et lorsque la pluie commença à tomber dans la nuit, je sirotais un thé à la menthe brûlant et sucré, juste ce qu'il faut pour finir de faire disparaître le mal-être qui m'avait saisie plus tôt dans l'après-midi.

Repue et apaisée, je rentrai à l'hôtel et me blottis sous les draps.

Le lendemain matin, le soleil se levait sur le château de Guillaume le Conquérant.

P1020708

P1020712

La Pastilla

Posté par incitatus à 09:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 mars 2012

Tu respecteras ton père et ta mère.

Il y a des jours où tout le respect que j'ai appris à avoir pour mes parents s'effrite.

Petit à petit, ce qui était Loi devient règlement puis guide, puis plus rien. Il devient poussière de souvenir. Et les insultes affluent derrière mes lèvres, brûlant ma langue et menaçant de sortir. Un jour je vomirai mes injures et mon mépris et ma souffrance. Mais ce jour n'est pas encore venu.

Peut-être ne viendra-t-il jamais. Je ne sais.

J'ai de la peine pour lui, et il me fait tellement mal. Tellement mal. Mais à quoi pense-t-il donc ?

Ses messages gentils me donnent juste envie de jeter mon téléphone, de changer d'adresse, de nom, de disparaître pour qu'il ne me retrouve jamais. Jamais. Ne plus penser à lui est tellement plus simple quand il garde le silence !

Tu respecteras ton père et ta mère.

Il y a des jours, j'ai peur de ce que je pourrais faire.

Posté par incitatus à 20:31 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mars 2012

Top départ

C'est parti pour six mois de stage. Le stress me sert l'estomac (mais ne m'a pas empêchée d'avaler un petit-déjeuner princier) et me noue les intestins. C'est étrange de se dire qu'on a déjà travaillé, mais qu'à vingt-trois ans bien tassés, jamais fait de stage (pas même en troisième). Je ne connais pas vraiment le monde de l'entreprise, mes seules incursions dans la vie active s'étant faites par la voie de la fonction publique. Et j'ai tellement de préjugés sur cet univers que mon stress ne fait qu'augmenter.

Peur de ne pas être à la hauteur, de décevoir. Ce n'est pas la possibilité d'une embauche qui m'angoisse : je n'en ai pas besoin. L'année prochaine je retourne à l'université, pour trois années supplémentaires ("rengagez-vous, qu'i' disait"). Mais découvrir des gens nouveaux, à qui il va falloir parler et avec qui il va falloir communiquer, mon Dieu ! Saurai-je le faire ?

Il est bientôt neuf heures. J'y serai sans doute dans un quart d'heure. Je sais, c'est indécent, mais c'est la seule chose qui ne m'angoisse pas ce matin.

Allez, j'entre dans l'arène !

Posté par incitatus à 08:56 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

24 septembre 2011

Quand...

Quand je commence à errer sur la toile,

Quand je commence à regarder des animes japonais sur Youtube,

Quand je commence à relire les webcomics que je connais par coeur,

Quand je passe deux heures à Gibert, au rayon BD, et que je vide mon porte-monnaie,

Quand j'ai envie de manger n'importe quoi, comme ça,

Quand je commence à m'agiter sans cesse,

Quand je me ronge les ongles,

Quand j'écoute de la musique très fort,

Quand je poste sur mon blog pour procrastiner,

En général,

C'est que l'échéance approche et que le stress fait des ravages.

Heureusement, il y a une chose à laquelle j'ai résisté : manger n'importe quoi.

Posté par incitatus à 20:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 octobre 2010

Dépression et documentation

Vendredi. On nous annonce que le prof de l'après-midi est absent. De francs sourires s'étalent soudain sur nos visages. À midi, nous serons en week-end.

Après avoir déjeuné avec J. et pris le thé pendant que Mimy dévorait ses makis, je redescends vers Odéon et la ligne 4. Direction : le CDI. J'ai tout l'après-midi de libre, rien à faire chez moi à part écouter le plic-ploc de la fuite et dormir. Si c'est pour passer le reste de la journée sur internet, autant que ce soit pour enregistrer des livres dans la base de données.

Lorsque j'arrive, j'apprends que mon collègue s'en va, mais que je suis libre de laisser le CDI ouvert autant qu'il me plaira. Des 6ème me demandent à quelle heure ça ferme. Ils ont étude à 17h30. Très bien, je serai là.

Le silence est encore plus présent que le lundi matin. Il y fait aussi froid que chez moi. Mais peu importe : je m'attèle à la tâche. Je finis mon rangement des romans. Je libère de la place pour le théâtre et la poésie. Lorsque je regarde ma montre, il est presque dix-huit heures... Ne pas terminer mon tri me demande un gros effort, mais je finis par reposer les Psaumes de Claudel et enfiler ma veste. En passant, je jette un œil aux inscrits du futur club BD et grimace légèrement : il n'y a guère que des 6ème et des 5ème. Moi qui voulais de la variété, c'est pas gagné.

Dehors, le ciel est gris et plombé. Le périphérique est encombré, comme toujours à cette heure-ci. Le ciel donne l'impression qu'il va dévorer la ville : il est lourd, lourd, très lourd, et pèse sur mon estomac. J'ai très envie de pleurer, d'un coup, je ne sais pas pourquoi. Je ne me sens pas bien,il fait froid.

Ce soir, après une longue conversation téléphonique avec la mother, je pleurerai longtemps, songeant douloureusement que ma sœur me manque, et que ce n'est pas dans une semaine que je veux la voir mais tout de suite, que mon père me manque, et que je ne suis pas sûre de pouvoir le revoir un jour comme je le voyais avant.

Finalement, c'est épuisée et sur le chapitre 2 de Harry Potter and the Chamber of Secrets que je m'endors, le nez bouché et les yeux rougis.

Posté par incitatus à 10:14 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 octobre 2010

Écarlate

Je n'arriverai pas à dormir cette nuit. Ou plutôt, si, je finirai par m'endormir, comme chaque soir, mais rongée par l'angoisse, les dents serrées et grinçant, me mordant la langue. Le ventre noué, les intestins entortillés, les sourcils froncés par l'anxiété.

Que va-t-il advenir? Comment cela va-t-il se passer? Cela va-t-il se régler vite? Autant de questions sans réponse. Ma mère me renvoie à mon père. Mon père n'est pas là et ne pourra s'occuper de ça que plus tard. Alors je n'ai plus qu'à me débrouiller par mes propres moyens, comme souvent depuis plusieurs mois.

Le téléphone est devenu la personne la plus fiable de mon entourage. En septembre, c'était pour l'assurance, le propriétaire, le syndic, la mutuelle, l'université. Demain matin, ce sera pour la CAF et la banque.

La banque. Pourvu qu'elle ne bloque pas ma carte bleue! Les pires scenarii s'offrent à mon imagination devenue trop fertile cette nuit. Les antécédents parentaux me préviennent qu'on peut s'attendre au pire avec de tels requins. Le sourire carnassier du conseiller s'élargit derrière mes paupières closes et alourdies de larmes angoissées.

Je n'arriverai pas à dormir cette nuit. La lumière rouge du moins devant les centaines, sur mon relevé de compte m'en empêchera.

***

Les_cinq__cus_de_BretagneEn attendant, je mets en place l'organisation d'un club BD au collège. Même s'il ne voit jamais le jour, il aura au moins eu le mérite de me changer les idées cette nuit.

Je suis censée préparer les exercices de conjugaison, mais impossible de me concentrer sur ce genre de chose.

Je m'en vais terminer Les cinq écus de Bretagne - je ne compte plus le nombre de lectures qu'a subi ce vieux Livre de poche dont les pages jaunis se détachent toutes seules! Philippa doit être la seule personne qui arrive encore à me faire rêver en ce moment... (Oui, Philippa est une personne, dans mon esprit brumeux et rongé de fatigue.)

Posté par incitatus à 23:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 août 2010

Il y a des jours avec et des jours sans

Des jours où l'espoir est là, au fond de l'estomac - je pourrais dire du cœur, mais ce n'est pas là qu'il dort, apaisant - et où il incite au calme. Il susurre qu'il ne sert à rien d'y penser pour le moment, que ce n'est qu'une mauvaise passe, que tout finira par s'arranger.

Des jours, il s'en va, et l'obscurité prend sa place. On broie du noir, on ne voit plus, on se noie d'angoisse. Les larmes sont prêtes à surgir. Pour cela, il suffit d'une simple inflexion dans la voix maternelle. Une simple nuance, et l'on sait ce qu'il en est. La savoir sur la route du retour dans cet état me ronge d'inquiétude.

Mais quel crétin! Quel con! Quel salopard! Je pensais avoir été trop bien élevée par ma mère pour me sentir le droit de l'insulter. Mais là c'est trop. L'espoir m'habitait depuis trop longtemps. Plus d'une semaine de paix et d'apaisement, et le voilà qui fout tout en l'air.

Jusque-là, je ne le jugeais pas et l'aimais toujours autant. Mais je sens qu'il a trop tiré sur la ficelle. S'il s'excuse, je verrai à lui pardonner. Là, je n'ai plus envie de le voir. Je ne le juge pas. Je le méprise. J'ai honte pour lui. Il fait pitié. Dire qu'il pensait que ça n'avait rien changé à la relation qu'il a avec ses enfants! Mais quel imbécile!

J'espère que ma mère ne sera pas trop à ramasser à la petite cuiller, je n'ai plus d'énergie.

Posté par incitatus à 09:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,