Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

04 février 2013

Angoulême, le 40e festival

Samedi matin, cinq heures, le réveil est difficile, mais la perspective d'une journée passée à Angoulême, pour le festival de la bande dessinée, en compagnie de Melendili est bien plus que suffisante pour me sortir du lit. Le train a beau être matinal, il est bien rempli. Et nous débarquons à destination aux alentours de neuf heures et demi.

Déjà la foule se presse, alors même que le festival n'a pas encore ouvert ses portes. Une fois les pass récupérés, nous organisons un vague planning. Les conférences disparaissent au fur et à mesure de la liste, au profit des expositions.

1. "Mickey, Donald, tout un art" : c'est dans la cour de l'hôtel de ville que nous attendons l'ouverture de l'exposition, à dix heures. Dans la tente, une exposition extrêmement bien organisée, alternant mises en scènes, planches, explications, dans une boucle autour d'un petit théâtre qui projette les toutes premières aventures des compères héros de l'expo. Le tout est dynamique, beau, jamais ennuyant.

DISNEY

2. L'exposition "Spécial Corée" nous fait découvrir des auteurs et des histoires très différentes mais toutes plus séduisantes les unes que les autres. Crayonnés, planches originales, fac similés... De plus, chaque panneau aborde un système de traduction différent : les uns ont duppliqué les planches et inséré la traduction dans les bulles, d'autres ont écrit la traduction en légende des planches, d'autres encore présentent certaines planches originales et d'autres en traduction. Ajoutons à tout ça l'extrême gentillesse des hôtesses d'accueil, qui nous ont fait don du catalogue et de l'affiche - très réussie - de l'exposition, alors que nous en demandions le prix.

20130129185104_bodyfile

Le passage par le monde des bulles (la librairie géante des grands éditeurs) est écourté par notre besoin de fuir la foule beaucoup trop compacte, non sans un détour sur un ou deux stands qui nous permet de ne pas repartir les mains vides. L'univers des éditeurs indépendants, quoique tout aussi grouillant de monde, nous a paru plus supportable. A chaque stand, nous nous extasions sur la beauté des affiches.

3. L'exposition du pavillon des jeunes talents est stupéfiante. Certains ont le trait classique mais des idées de scénario à revendre, d'autres un trait tout-à-fait particulier et des idées plus torturées. Mon préféré : (à lire sur ce blog).

JEUNESTALENTS

4. En face, la maison des auteurs en résidence nous fait voir des extraits des travaux en cours. Nous retrouvons les planches de l'auteur qui a encadré l'atelier des petits monstres du club BD. De même qu'au pavillon des jeunes talents, la diversité est de mise. Mais tout, ou presque, donne envie de lire l'oeuvre dans son ensemble. Ils ont acquis ce jour de futurs lecteurs. Mention spéciale à l'auteure qui réalise des demi-planches gags, très classiques dans leur mise en oeuvre, mais où les protagonistes sont des plantes de salon.

185728_4754306608119_1084943268_n

5. Petit tour à l'exposition sur les trente ans des Mystérieuses cités d'or. J'en ressors avec le générique dans la tête.

6. L'exposition sur la bande dessinée flamande, "La Boîte à Gand", nous éblouit de ses couleurs. Etrange, assez fascinante, mais nous avons trop mal aux pieds pour nous y attarder.

PS : les photos ne sont pas de moi. Celles de l'exposition "Mickey et Donald" viennent de ce site.

 

Posté par incitatus à 10:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 février 2012

Angoulême : bonus

P1010796

P1010799

P1010808

P1010813

P1010830

Posté par incitatus à 00:53 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 février 2012

Angoulême : tome 3

Enfin, frigorifiée, je prends mon courage à deux mains et vais pour passer la frontière du Monde des bulles, cette immense librairie sous chapiteau. La foule, à l'intérieur, est compacte. Sac au ventre, je me fends un passage tant bien que mal. Je fais quelques emplettes, ressors sous les trombes d'eau pour me rendre à l'espace Mangasie, où j'ai l'intention d'écouter une rencontre avec des auteures coréennes. Mais l'écoute se fait debout, et mes pieds sont fatigués. Encore une heure et demi avant mon train du retour.

photo

À cours d'idées, je m'installe dans une file de dédicace. Au moins il fait chaud, et j'ai un objectif. Mais le temps passe, et la queue n'avance pas. Les deux personnes devant discutent, assises en tailleur sur leur manteau. Je reste debout. Mes pieds s'enlisent dans la moquette de fortune. Je comprends rapidement ce qui prend autant de temps : le dessinateur et la coloriste sont présents et font les dédicaces à deux. 1, crayonné ; 2, couleur ; 3, encrage. Ladite couleur étant de l'aquarelle, on ajoute un temps de séchage. En tout, plus d'une demi-heure par dédicace. Il reste encore trois personnes devant moi, mais je vais devoir partir, mon train ne m'attendra pas.

P1010834

Au hasard de quelques mots échangés avec mes voisins de file, je leur fais comprendre que je vais devoir abandonner ma quête. Une heure et demi d'attente, et je repartirai les mains vides. Mais c'était sans compter sur la gentillesse des deux personnes devant moi.
« Où est-ce que tu rentres ? - Paris. - Oh, mais on peut prendre ton album et te le rapporter dédicacé. - C'est vrai ? »
Et oui, c'est vrai. Je leur ai laissé l'album, sans l'ombre d'une hésitation. Je ne les connaissais pas, mais qu'importe ? Numéros échangés, ils me donneraient des nouvelles du bébé plus tard. Au fond de mon crâne, je me dis qu'au pire, j'ai perdu une bande dessinée. Je ne suis pas une collectionneuse de dédicaces, loin de là. En général, la perspective de devoir parler à des auteurs me tétanise. Alors si je ne récupère pas ma dédicace, je n'en mourrai pas.

P1010837

Je pars en courant vers la gare, grignote mon sandwich sur le quai, dans l'air glacé de la nuit. Le train arrive, je m'installe dans mon box première classe, m'étale sur les quatre sièges, et lis mes albums sans pouvoir fermer l’œil malgré la fatigue. La douleur dans mes pieds est intense, mais je suis heureuse. Je suis heureuse de voir qu'il existe encore des raisons de croire en la bonté de l'être humain. Même si bien souvent j'ai du mal à voir autre chose en l'Homme qu'un requin ou un loup assoiffé de pouvoir et d'argent, certaines choses nous rappellent que l'humanité n'est peut-être pas perdue.

Ça peut paraître niais, grandiloquent, voire mystique, mais ce simple geste a illuminé ma journée solitaire. D'un coup j'ai pardonné à tous ces couples, familles et groupes d'amis qui m'ont narguée toute la journée, le long des rues d'Angoulême.
Rentrée à 23h00 chez moi, je me suis endormie sans demander mon reste, un MMS de ma dédicace au creux du poing.

28012012000

Posté par incitatus à 00:49 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 février 2012

Angoulême : tome 2

Dix heures sonnent au clocher de l'église Saint-Martial. L'exposition sur l'Europe ouvre. Des dessinateurs de tous les pays d'Europe ont illustré des principes de la législation européenne par une planche de bande dessinée. La diversité des styles et des traits est impressionnante. On se rend compte de la richesse que recèle encore notre vieux continent qui donne si souvent l'impression d'être épuisé.

europe

Je passe en coup de vent à l'exposition sur la bande dessinée taïwanaise, tant il y a de monde. Puis je retourne vers le conservatoire. C'est calme, peu de foule. Des petites filles en justaucorps sortent de leur cours de danse. Je m'assois dans le hall. J'ai une heure d'avance, mais au moins je suis assise et il fait presque chaud.

P1010775

Conférence sur la bande dessinée taïwanaise, avec trois auteurs invités. J'apprends qu'il existe des aborigènes sur cette île de culture et de langue chinoises. Un des auteurs présents a vécu parmi eux pour raconter leur histoire d'un point de vue interne. Pause déjeuner. Conférence sur le yaoï et BL : la population est totalement différente. 80% de jeunes filles (entre 18 et 25 ans je dirais), et quelques garçons égarés – petits-copains contraints de suivre leur douce amie et journalistes pour l'essentiel. J'avais déjà assisté à une conférence de cet éditeur sis à Versailles, et lu la revue sur le même thème. J'ai été légèrement déçue qu'il n'aille pas plus loin dans ses analyses, comme s'il cherchait à rester accessible pour son public jeune. Au moment des questions, je me suis sentie un peu déplacée au milieu de ces fangirls qui maîtrisaient le vocabulaire japonais à la perfection. Mais je me suis rassurée en me disant qu'au moins, j'avais un regard plus critique sur ce que je lisais (les histoires de quasi-pédophilie à peine dissimulée sous de la romance mielleuse et collante, très peu pour moi).

manga

15h00. Je décide de descendre vers la Cité internationale de la bande dessinée. Un arc-en-ciel se dessine. J'ai dans l'idée de jeter un œil à l'exposition sur Art Spiegelman, mais une fois sur place, la foule est tellement dense, l'attente semble tellement longue, que je renonce. Au lieu de m'entasser avec les autres, je grimpe les escaliers quatre à quatre, direction la bande dessinée suédoise... qui n'a guère d'impact sur moi. Aussitôt je ressors. Il s'est mis à pleuvoir des cordes. Bientôt, les gouttes deviennent une sorte de grêle fondue, particulièrement glaçante. L'esplanade, de l'autre côté de la passerelle, est désertée. Tout le monde s'est réfugié dans le musée. Je crois que je préfère encore la douche au bain de foule.

P1010811

Je décide de remonter par le chemin des remparts. L'eau cascade sur le sentier de terre et de gravier. Les flaques de boue salée ont raison de mes chaussures. La pluie s'est calmée. Je me perds dans les ruelles pavées et désertes. Cette ville est vraiment belle, même sous la pluie.

P1010825

Posté par incitatus à 00:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 février 2012

Angoulême : tome 1

Le réveil sonne bien trop tôt. 4h30, je viens à peine de m'endormir. Les idées encore un peu vagues, je m'extirpe de ma couette, et me prépare à partir. Je prends le premier métro. Une faune que je n'ai pas l'habitude de fréquenter dans cette rame matinale. Sur le quai d'en face, le désert : le premier métro passe dans vingt-cinq minutes. Dans les couloirs, dans la gare, un silence étrange plane. C'est calme, les quelques voyageurs avancent sans bruit. C'est à peine si le haut-parleur ose annoncer que le train pour Bordeaux qui part à 6h00 est sur le quai 8. Je vérifie : deux stations avant Angoulême. J'ai deux heures et demi de trajet. Il ne faut pas que je m'endorme.

866250_affiche_du_festival_d_angouleme_2012

8h23. Je descends sur le quai à Angoulême. L'air est froid, la gare est aussi calme que Montparnasse. Mes souvenirs me guident vers le centre-ville. Pas besoin de lire la carte. L'air est froid, il pleut. Au moins, ce n'est pas la neige fondue et le verglas d'il y a deux ans. Les rues sont désertes, ou presque. Le festival n'ouvre ses portes qu'à 10h00 ; en attendant, les cafés et salons de thé grouillent d'une foule qui tente de se réchauffer. Pas envie de m'asseoir. Je repère le terrain.

P1010772

Je profite du calme avant la tempête. Le conservatoire, où je me rendrai pour 11h00, après avoir visité les expositions « L'Europe se dessine » et « Taïwan, un océan de bandes dessinées ». Deux allers-retours et le soleil s'est levé, les nuages s'en vont. La vue, au détour d'une ruelle, est splendide.

P1010788

9h15, environ. J'ai mon bracelet rose fluo (pas de tarif étudiant, c'est quand même dommage). Une file d'attente de plus cinquante mètres attend devant les portes du Monde des bulles, sans doute pour se précipiter devant les stands de dédicaces. Je passe mon chemin.

P1010778

Posté par incitatus à 00:13 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,