Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

16 août 2006

Série : Poufsouffle

Et enfin, le dortoir des Poufsouffles. Je n'avais plus d'idées pour les lits, alors j'ai fini par opter pour des hamacs remplis de couvertures et d'oreillers, comme une sorte de nid douillet. Je trouve que cela s'accorde bien avec l'image du blaireau qui se roule en boule pour dormir. N'ayant plus de place dans les cachots et deux tours étant occupées, j'ai résolu de les installer sous les toits, en enfilade. Ceci n'est pas sans rappeler les galeries des terriers...

Num_riser0001

Ici, l'espace privé est délimité par un paravent sur les côtés et une tenture sur le devant. Chaque dortoir de cinq lits est séparé des autres par une cloison.

Posté par incitatus à 00:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

15 août 2006

Série : Serdaigle

Voici maintenant le dortoir des Serdaigles. Leur animal étant un oiseau, j'ai pensé à les installer dans la hauteur. Plutôt que d'étaler le dortoir sur des centaines de mètres carrés, je les ai installés sur des dizaines de mètres de hauteur. Dans un dortoir de cinq personnes, il y a cinq lits, tous superposés. Ainsi, cela ne prend pas de place au sol. Les lits restent tout de même fermés par les rideaux. Je trouve qu'il est le moins réussi, mais ne sais trop ce qu'il manque. Il est susceptible d'être modifié... Ne serait-ce que pour ajouter leur blason quelque part...

Num_riser0004

Posté par incitatus à 23:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Série : Serpentard

Voici maintenant le dortoir des Serpentards. Comme il est écrit dans le livre, il se situe dans les cachots, donc il y a de la pierre partout. Les élèves de cette maisons se caractérisent par une certaine noblesse, ou en tout cas, par un goût prononcé pour le luxe. C'est pourquoi j'ai opté pour les alcôves qui non seulement se prêtent bien au lieu, mais en outre s'accordent parfaitement avec l'idée que j'ai des Serpentards.

Num_riser0002

Froid mais confortable. Des lits en fer forgé, de la pierre grise, mais des couettes douillettes tout de même.

Posté par incitatus à 23:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Série : Gryffondor

Il y a quelques années, j'ai fait la découverte d'un univers très particulier, mais devenu très connu. Il s'agit de l'univers du "best seller" Harry Potter. Puis, à force de l'imaginer, j'ai eu envie de le dessiner. Oh, je n'avais pas dans l'idée de dessiner les personnages, loin de là, c'est bien trop difficile. Ils sont bien mieux au fond de mon imagination. Non, j'ai dessiné les lieux. Il y en a peu (j'en ai sept à mon actif, ce qui ne fait pas grand chose comparé au nombres d'endroits plus ou moins bizarres décrits dans le livre).

Cet été, je me suis lancée dans l'illustration des dortoirs. En fait, je n'ai illustré qu'un seul des quatre, puisqu'il n'y en a qu'un de décrit: celui des Gryffondors. Les autres, je les ai entièrement imaginés. Il aurait été trop facile de faire une série de quatre dortoirs identiques, c'est-à-dire tous meublés de lits à baldaquin dont seule la couleur aurait différé. Alors je me suis amusée à jouer avec le mobilier et la situation des dortoirs dans le château en fonction des caractéristiques des quatre maisons. Je commence donc par vous présenter le dortoir des Gryffondors, qui a été le dernier que j'ai réalisé. En effet, j'avais peur du résultat, étant donné que j'en avais une image, sinon trop, du moins très précise dans ma tête. Alors, voici le résultat, avec quelques de gros problèmes de perspective.

Num_riser0003

Personnellement, le lit n'est pas sans me rappeler un certain lit de Rubens... ;) (voir ici)

Posté par incitatus à 23:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 août 2006

Rêver les yeux ouverts

Un site internet. Un site commercial. Un site qui n'est pas fait pour traîner au fil des pages. Une fenêtre s'ouvre: il faut taper sa destination. Rome, Venise, Florence, Amsterdam, Bercelone, Berlin, Vienne, München. Puis on valide et on attend. On se perd déjà. On oublie que l'on est devant un écran. On échaffaude des plans, des projets, tous plus fous les uns que les autres. On rêve... On s'enfuit. Rêver de voyages, d'escapades. Partir loin, toujours plus loin. Partir au bout du monde. Partir, mais pas longtemps. Je ne partirai pas pour ne pas revenir, oh non! Pour rien au monde je ne resterais absente de mon pays trop longtemps. Et si j'y étais obligée, forcée, je finirais toujours par revenir un jour ou l'autre. Mais pour revenir, il faudrait déjà que tu sois partie ma pauvre fille!, semble me dire le prix du billet qui s'est affiché. Je suis redescendue sur terre, je suis sortie de mon train.

TGV

Posté par incitatus à 23:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Travaux

L'été, on a envie de changer pour la rentrée. Alors, à la maison, comme nous n'avions rien de mieux à faire, nous avons observer les murs de la cuisine: couverts de crasse, sales à faire peur. En cinq minutes, les murs étaient vidés de tout tableau ou autre objet encombrant, et nous attaquions le papier peint. Mission: repeindre la cuisine, tout récurer et essayer de la rendre un peu plus « habitable ». Quelques jours de travail acharné en perspective.

travaux

Armées de gants en caoutchouc, nous avons bougé les meubles et frotté énergiquement à la lessive Saint Marc le dessus des meubles accrochés au mur, vous savez, ceux qui n'atteignent pas le plafond et sur lesquels toute la crasse se dépose insidieusement. Puis, à grande eau, nous avons lessivé le papier peint pour qu'il se décolle mieux; l'eau coulait le long de nos bras cherchant à atteindre le plafond, jusqu'aux épaules. Et alors, cette odeur de papier mouillé, de colle, de plâtre. Une odeur de renouveau, de travaux, de changement, de mutation. Une odeur qui donne de l'entrain. Mais pas à tout le monde apparemment quand on voit que mon père, rentré tôt du boulot, s'est contenté de dévisser deux prises électriques et d'ôter le plafonnier!

Posté par incitatus à 23:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Ode cacaotée

Son odeur forte et sucrée fait frémir les papilles. Sa robe, d'un brun profond envoûte notre regard et nous perd dans un océan de saveurs. Les pupilles dilatées, nous le regardons, onctueux lorsqu'il est fondu, couler délicieusement. Un doigt trop curieux – ou trop impatient – s'y égare pour nous le faire goûter; c'est le paradis. Lorsqu'il sort de son emballage, papier gênant qui le dérobe à notre vue, c'est pour venir fondre lentement, paresseusement sur notre langue. Et nous finissons, avides, par y croquer à pleines dents, pour le plaisir de le sentir craquer et s'émietter sous notre palais...

chocolat

Posté par incitatus à 23:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 août 2006

Senteurs méridionales (le 3 août)

Dans l'air brûlant de l'après-midi, le pin exhale sa forte odeur de résine. Une main s'égare dans la haie de romarin; un doigt s'attarde sur les fines feuilles. Son parfum entêtant y restera pendant des heures. Marchez le soir dans l'herbe et vous sentirez le thym et ce qu'on appelle le poivre de l'âne. Si vous approchez de la piscine, le chlore vous piquera les yeux et le nez. Quand on arrose, de la terre rouge du midi émane une senteur toute particulière.

Ces odeurs, je les connais depuis que je suis toute petite, depuis toujours. Tous les étés, séjour de mise chez la grand-mère, dans la demeure varoise. Pour beaucoup de gens, ces parfums signifient beaucoup. Pour beaucoup de gens, ces senteurs sont celles du paradis. Pour moi, elles ne signifient rien. Aucune émotion, aucun bon souvenir, rien. Je les reconnaîtrais entre mille, ne les oublierai certainement jamais, mais elles me laissent de marbre.

Posté par incitatus à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Dans le pétrole (vendredi 27 juillet)

Petit périple Paris-Lyon. Pause juste après avoir passé le Rhône. Un hôtel. Mais attention, pas un hôtel perdu en ville, au milieu des immeuble, non: on a trouvé encore mieux: un hôtel perdu au cœur des raffineries de pétrole... une vue splendide sur les cheminées illuminées de l'usine la plus proche, des entrepôts partout autour de cet hôtel qui rappelle les motels américains que l'on voit dans les films.

Posté par incitatus à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Ô ciel! (vendredi 27 juillet)

Je m'ennuie. Des bouchons, des bouchons et encore des bouchons. Vivent les départs en vacances! Si ça ne tenait qu'à moi, voilà un petit moment que j'aurais quitté l'autoroute pour emprunter la Nationale 7. Mais rien ne fera céder ma mère. Dommage...

Je détourne alors le regard et observe le ciel. À l'ouest, les nuages sont noirs, annonciateurs d'orage. À l'est, plusieurs couches se superposent et les rayons de soleil percent à travers eux. Des perles serties d'or. Droit devant moi, ils semblent d'argent pur. Puis le vent les fait danser. Les nuages d'orage approchent. Soudain, un éclair fend le ciel et le ciel se déverse sur nous. Nous ne voyons pas à cinquante mètres. Les motards s'arrêtent sous les ponts. La chaussée devient torrent. Nous sommes dans le nuage.

Dix minutes après, c'est terminé. La nuit s'en va et l'astre du jour reprend ses droits. Le paysage au loin semble enchanté: les collines verdoyantes sont noyées de brume. Les nuages deviennent cristaux. Au loin, nous voyons les rideaux de pluie inonder la ville la plus proche. Dire que c'est nous qui étions en-dessous il y a quelques instants...

Posté par incitatus à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,