Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

16 novembre 2007

Paris s'éveille

Pont_Alexandre_IIICertes, à neuf heures et demi, Paris est déjà éveillée, mais tout de même. Le RER est parti à l'heure prévue; il s'est peu à peu rempli, les gens se sont tassés petit à petit, avant finalement de descendre à Invalides, terminus du jour. Là, comme j'avais en moyenne un métro toutes les vingt minutes sur la ligne 13 puis toutes les demi-heures sur la ligne 3, avisant la foule qui se dirigeait vers les quais, j'ai pris mon courage et mon plan à deux mains, et je suis sortie dans le froid glacial de Paris.
Ai passé le Pont Alexandre III, regardé la Seine, longé le Grand Palais, traversé les Champs Elysées. Bref, une bien jolie promenade matinale de trois quarts d'heure, avant d'aller se réfugier dans la bibliothèque chauffée de Malesherbes.
Après la version - qui a eu lieu, je tiens à le préciser - rebelote: boulevard Malesherbes, rue de Miromesnil, Pont Alexandre III, Invalides. Cette fois-ci, le soleil descend derrière les toits; la tour Eiffel se découpe, altière, dans l'orange du ciel; les reflets sanguins de la lumière crépusculaire se reflètent sur la verrière du Palais de la Découverte; la Seine miroite doucement dans la nuit naissante. C'est beau.

Posté par incitatus à 20:21 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Famous!

C'est le début de la goire: je suis sur une liste de blogs d'hypokhâgneux! Voyez plutôt ^^

Posté par incitatus à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

C'est marche ou grève!

Voyez-vous, parmi les honorables professeurs qui me dispensent leur auguste science et leur vénérable savoir, il s'en trouve UN, un fâcheux énergumène, qui a refusé de faire comme ses pairs, et qui a maintenu, envers et contre tout, le devoir sur table du vendredi 16 novembre 2007, jour reconnu de grève depuis une semaine déjà. Plutôt que de déplacer ce fichu devoir, plutôt que de dire « Dans le doute, je préfère que tout le monde soit là, alors nous le rattraperons à la séance suivante », cet individu abscon a préféré annoncer, après moult tergiversations, que si, et seulement si, moins de cinquante pour cent des effectifs étaient présents, alors le devoir serait supprimé. Ce qui laisse toute personne normalement constituée dans un doute terrible, dans un cas de conscience effroyable. Et si je n'y allait pas? Mais si le devoir avait lieu? Sera-t-il rattrapable pour cas de force majeure? Cette éventualité fut écartée assez rapidement, au profit des autres éventualités. Le fruit de mes assidues recherches fut le suivant:

- La SNCF est en grève, je dois rechercher les trains qui me permettront d'aller dans la capitale. Pas de train pour la Défense, le dernier RER est à 8h40, le dernier train pour Montparnasse à 9h28, et mon devoir est à 15h... cherchez l'erreur!

- La RATP est en grève, je dois me renseigner sur la fréquence des métros. Un sur cinq environ. Sachant qu'ils avaient prévu la même chose pour aujourd'hui et qu'il y en avait un sur quinze pour la ligne 13 et pas du tout pour la ligne 3, la seule qui me permette d'accéder à Malesherbes.

- Les étudiants sont en grève et totalement imprévisibles. Il semblerait que Malesherbes ait été bloqué aujourd'hui (je n'ai pas pu vérifier de mes yeux: je suis coincée chez moi depuis deux jours par une mauvaise crève grève). Ce serait un comble que je sois bloquée sur Paris, de 10h à 17h (parce que pas de train avant 17h les amis!), tout ça pour regarder le centre universitaire bloqué par une bande de chieurs manifestants.

- Enfin, et ce n'est pas la moindre des hypothèses: et si le professeur lui-même n'arrivait pas? Hein? On aurait l'air malin, à trois élèves (c'est-à-dire moins de la moitié de la moitié de la moitié des effectifs), bloqués devant la fac, à attendre un prof qui n'arrivera jamais parce que lui-même est coincé à l'autre bout de Paris, attendant un métro qui n'arrivera jamais.

Les mesures qui s'imposent sont radicales: à l'aube, téléphoner au centre. S'il n'y a pas de réponse, s'inquiéter. Préparer un bon pic-nic avec du chocolat pour calmer les nerfs au cas où. Prévoir un plan de Paris: on ne sait jamais que je sois dans l'obligation de faire Montparnasse-Malesherbes à pied, par -5°C. Et enfin, si je n'ai pas eu de réponse de la fac, tenter, dans un appel désespéré, un rappel juste avant le départ fatidique à 9h.

Bref, je vous le dis tout-de-suite, ces sombres élucubrations m'ont torturé l'esprit toute la journée, m'empêchant ainsi de travailler... Cette grève, quelle poisse!

Posté par incitatus à 00:04 - Commentaires [6] - Permalien [#]

14 novembre 2007

Quotidien

250px_Invalides_RER_CPardon! - La porte s'il-vous-plaît! - Attention à la marche, en descendant du train. - Malesherbes... Malesherbes. - Excusez-moi. - Pardon! - La porte s'il-vous-plaît! - Est-ce que je pourrais passer? - Pour aller dans le Nord, c'est direction Clignancourt ou Orléans? - Excusez-moi, pour rejoindre la ligne 13, c'est par où? - Saint-Lazare... Saint-Lazare. - Attention à la marche, en decendant du train. - Pardon! - La porte s'il-vous-plaît! - En raison d'un mouvement social, le trafic sera fortement perturbé le  mercredi 14 novembre. Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée. La SNCF vous remercie de votre compréhension. - Pardon! - La porte s'il-vous-plaît! - Europe... Europe. - Attention à la fermeture automatique des portes. - Le train prévu à 16h31, en direction de Saint-Quentin-en-Yvelines, est annoncé avec un retard de vingt minutes environ. - Villiers... Villiers. - La porte s'il-vous-plaît! - En raison des intempéries, le trafic est fortement perturbé. Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée. - Pardon! - Excusez-moi! - Pardon! - Tûûûûûûût...

Posté par incitatus à 22:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sucré

Quand il fait froid, que le rez-de-chaussée de la maison n'est pas chauffé, que je reste en pyjama toute la journée pour traduire Pétrone et Homère, que je me lasse après plusieurs heures de travail, qu'il n'y a personne chez moi, j'ai des envies de sucre. Alors ce soir, j'ai fait des crêpes. Et dans l'une d'elles, j'ai fait fondre du chocolat , j'ai émietté un marron glacé et j'ai recouvert le tout de crème Chantilly...

gateau_au_chocolat_chocolat_fondu2creme_fleurette_en_chantilly_2chataignes_ardeche_02

Posté par incitatus à 20:58 - Commentaires [5] - Permalien [#]

11 novembre 2007

Cryptage

Saurez-vous déchiffrer le texte et retrouver quel est son titre ainsi que son son auteur? A vous de jouer chers lecteurs!
phon_tique

Posté par incitatus à 20:30 - Commentaires [4] - Permalien [#]

07 novembre 2007

Sacrés googleurs!

"à l'impossible nul n'est tenu en latin"
(ça se passe de commentaire)

Posté par incitatus à 22:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2007

Le compte est bon: réponse à Mimy...

Si je compte en pages, c'est que j'apprends les mots grecs.
Si je compte les moutons, c'est que je ne veux pas m'endormir dans la maison déserte.
Si je compte en semaines, c'est que j'espère vous voir.
Si je compte jusqu'à huit, c'est que je conjugue mes aoristes grecs.
Si je compte en secondes, c'est que j'attends la fin du TD de littérature.
Si je compte en minutes, c'est que j'attends le marchand de sable.
Si je compte les bougies, c'est que je soutiens ceux qui sont obligés d'assister aux anniversaires.
Si je compte tout haut, c'est pour briser le silence envahissant.
Si je compte les points, c'est que j'ai battu les pauvres tâches de lycéens qui ont participé à Questions pour un Champion ce soir.
Si je compte les heures, c'est que je vais encore dormir bien peu.
Si je compte en grec moderne, c'est jusqu'à quatre.

Posté par incitatus à 20:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 novembre 2007

Anonyme...?

portrait

Posté par incitatus à 15:26 - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 novembre 2007

Harrius Potter

toits_002
Bonus:
toits toits_001 toits_003

Posté par incitatus à 00:10 - Commentaires [4] - Permalien [#]