Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

04 janvier 2008

Domination et perversité

"son naturel bouillant et emporté avait été corrompu par l'amour de la domination, que lui inspiraient les amis pervers et les soldats étrangers dont il était sans cesse environné"

(Plutarque, Vies parallèles, "Vie de Timoléon")

Posté par incitatus à 19:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ce n'est pas ma faute!

Hum. Je n'ai pas avancé mon dossier. J'ai essayé tout l'après-midi, sans y parvenir. Juste au moment où je tente de lire Polybe, la connexion commence à merder! (Excusez ma vulgarité, mais ça m'énerve au plus haut point!) Chaque page met environ un quart d'heure à s'ouvrir, et Polybe, dont Itinera Electronica publie les chapitres I à XL avec une légère omission des chapitres VII à XXXVII, ne s'ouvre simplement pas sur l'autre site! Grrrrr de grrrrr!

EDIT: Le mieux dans tout ça, c'est que, lorsque je trouve enfin le texte de Polybe sur Gallica, il n'est disponible qu'en grec avec sa traduction latine...

Posté par incitatus à 19:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pulsion au citron

Lemon_curd_1

De mon dossier de vingt pages sur Syracuse à l'époque hellénistique, je suis restée bloquée à l'introduction. Je sais de quoi je dois parler, je sais comment le présenter, mais je n'arrive pas à m'y mettre. J'écris deux mots, je les efface aussitôt. De plus, j'ai eu la magnifique idée de ne pas emprunter de livres à la bibliothèque, ce qui a pour conséquences désastreuses que je suis obligée de lire Tite-Live, Polybe et Plutarque dans le texte sur internet. Comment ça, vous ne voyez pas en quoi c'est désastreux? Mais, j'ai sous les yeux, sans arrêt, les liens vers vos blogs, mes amis!

Lemon_curd_2Ainsi, arriva ce qui devait arriver: j'ai commencé mon tour des blogs. Et en lisant cet article, j'ai soudain eu très envie de relire la fic faire du lemon curd. Aussitôt dit, aussitôt fait: je cherche une recette, que je trouve ici. Je file dans la cuisine, et hop! Dix minutes plus tard, je me retrouve derechef devant mon ordinateur, prête à poster un article sur mon blog attaquer mon bol de lemon curd ma première partie.

Posté par incitatus à 16:28 - Commentaires [6] - Permalien [#]

02 janvier 2008

Parce que je n'assume pas

J'ai un léger problème de conscience, que j'ai fini par résoudre à l'aide d'un compromis, approuvé par Mimy.
Grâce à ladite Mimy, j'ai pu hier regarder et couiner sur Swan Lake de Matthew Bourne. Je ne vous en dis pas plus, parce qu'en réalité, tout est écrit sur mon Lj, qui a pour fonction de recueillir  mes délires potteriens et tout ce que je n'assumerais pas ici. Voici le lien, allez voir les vidéos que j'y ai mises. Vous voulez un échantillon? Voici, mais sachez que les deux vidéos postées sur mon Lj sont beaucoup mieux! ^^

Posté par incitatus à 21:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2008

VII-VIII

Bonne année 2008 à tous!

Καλή χρονιά!

Posté par incitatus à 12:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 décembre 2007

Les dernières aventures d'Incitatus

~ Mercredi 26 décembre ~

Ce jour, mon frère et moi offrons à notre sœur son cadeau d'anniversaire-Noël. Elle ne sait rien, et nous l'emmenons sur Paris.

Arrivée à la gare, juste à temps pour prendre le train, normalement. Sauf que le train est annoncé « avec un retard de quinze minutes environ ». Tssssk! Nous patientons. Le train est à l'approche, chouette! Le train est à quai. C'est qu'il va vite! Il ne freinera jamais à une vitesse pareille! En effet, le train, tout beau, semi-direct, nous passe sous le nez, laissant échapper dans l'air froid un éclat de rire sadique. Furieuse, j'entraîne frère et sœur sur un autre quai, où le train, cette fois, s'est arrêté. Mais il s'est traîné. Semi-direct, mon oeil!

P1010006À Montparnasse, M4. O.M.G! La foule, la chaleur étouffante, entre Montparnasse-Bienvenüe et gare du Nord. Chouette! Et puis une fois à destination, je me rends compte qu'il faut remonter sur un long morceau, la rue du Faubourg Saint-Denis. Et il fait nuit, et il y a du monde. Au moins, j'ai découvert qu'il existait un quartier pakistano-indien dans Paris... Et enfin, je vois le but de cette escapade nocturne: le théâtre des Bouffes du Nord!

En_attendant_le_songeJe récupère les places et nous montons nous installer à la corbeille, en plein centre. Vue excellente. Et la pièce fut... génialissime! Fous rires quasi-permanents, sourires incessants. Sur scène six acteurs, six hommes, pour jouer tous les personnages du Songe d'une nuit d'été de Shakespeare, rébaptisé pour l'occasion En attendant le songe. Pas de décors, pas de costumes: seulement des accessoires, et des acteurs vraiment bons, qui nous ont fait croire jusqu'au bout au rêve.

Retour par M2 (Barbès, Pigalle, Clichy) puis M13 (je suis enfin en terrain connu). Pas d'attente, ou si peu, à Montparnasse, petit changement à chantiers, et tout fut parfait. Partis à 16h30, nous étions de retour à 22h30, le sourire jusqu'aux oreilles.

~ Jeudi 27 décembre ~

Discuter avec Lu. Attendre l'arrivée du Teckel. Les regarder s'engloutir des tartines de confiture de figues, avec leur thé des écrivain anglais, sorti pour l'occasion. Discuter et délirer, dans la cuisine, dans la chambre. Puis les raccompagner à l'arrêt de bus. Juste de quoi sourire toute la journée. :)

~ Vendredi 28 décembre ~

Cela faisait trois ans que je le lui avais promis: j'ai enfin emmené mon élève au Louvre. Et je ne recommencerai pas de si tôt! C'était tout simplement é-pui-sant.

IMGP0005

D'abord, le train. Puis le Louvre, où je découvre la joie de faire la queue pour payer une fortune l'entrée du musée. Puis le monde partout. Ceci dit, je n'avais jamais visité la partie « Arts d'Islam », est c'est vraiment magnifique! Je n'ai cessé de repenser à notre TPE, que nous avions réalisé, el Teckel et moi, sur la calligraphie arabe. Verreries, mosaïques, tapis persans... Avant de sortir, j'ai voulu montrer à mon élève la Victoire de Samothrace. Nous avons alors traversé moult pièces, complètement différentes les unes des autres, avant de parvenir à descendre l'escalier devant la Victoire, en jouant des coudes.

IMGP0026Pic-nique aux Tuileries, puis direction Saint-Michel. J'en profite pour faire quelques courses à Gibert (et Album). Chocolat viennois à Häagen-Dazs (petite pensée pour Mimy ^^). Puis direction Notre-Dame, où nous tombons en admiration devant l'immense sapin illuminé, sur le parvis de la cathédrale. Vue la file d'attente, nous n'entrerons pas. La nuit tombe, il est temps d'aller voir les Champs.

IMGP0041Métro. Les Champs sont couverts de lumière. À gauche, la grande roue; à droite, l'Arc de Triomphe. Il ne nous reste plus qu'à marcher jusqu'à la tour Eiffel. Mais la demoiselle a mal aux pieds, et elle réclame des histoires pour oublier sa douleur. J'épuise mes stocks: Proserpine, Iphigénie, Electre, Psyche: toutes y passent. Lorsque dans le train, elle me réclama une énième histoire, je refusai net, ne demandant qu'une chose: le silence! Je n'aspirait qu'au calme. Était-ce trop demander? Elle se tint coite jusqu'à l'arrivée...

IMGP0039 IMGP0046


Depuis hier, j'ai mal à la gorge et le nez qui coule de plus en plus. Je me shoote donc à l'aspirine, au dafalgan et à l'advil, dans l'espoir d'être encore vivante le 31.

Sur ce, valete!

Posté par incitatus à 19:49 - Commentaires [6] - Permalien [#]

25 décembre 2007

Noël grec...

Καλά Χριστούγεννα!

Joyeux Noël! Merry Christmas! Frohe Weihnachten! etc...

no_l_004

Posté par incitatus à 15:58 - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 décembre 2007

Εἴθε τὸ τέλος ταχὺ γιγνοῖτο!

Pour demain:

- Finir mon petit latin (pour voir la longueur de "l'extrait", cliquez >>ici<<)

- Apprendre mon tableau de rhétorique et mes cours sur l'éthos

- Réviser ma grammaire latine

- Ne pas oublier mon Gaffiot, ni mon dictionnaire de thème

Pour après-demain:

- Penser à l'anniversaire de Leïla

- Apprendre à scander un poème anglais

- Lire les poèmes de la liste des obligatoires

- Apprendre les genres de poèmes, de rimes, de pieds etc.

- Réviser la biographie des auteurs de la liste

Pour samedi:

- Penser à se poser, se reposer, glandouiller

- Faire les paquets cadeaux

- Faire les cartes de Noël

PS: traduction du titre: "Plaise au ciel que la fin arrive vite!" (optatif de souhait, rien que pour zED ^^)

Posté par incitatus à 21:47 - Commentaires [8] - Permalien [#]

17 décembre 2007

Ubi-quo-unde-qua.

Mes yeux sont lourds de sommeil; la fatigue sourd dans mes membres languissants. Derrière mes paupières closes, des morceaux de tous les jours, des éclats de passé, des brisures de souhaits.

Place Hoche. Des guirlandes dans les arbres. Ma grand-mère, ma mère qui me racontent mes premiers pas. Le vent froid souffle: assise sur un banc, je discute avec la marmotte en attendant de partir prendre mon train. Un rayon de soleil. Combien de fois suis-je venue ici, souriant aux éclats, avec ma cousine? Il y a du monde: il faut trouver une place pour se garer, nous allons déjeuner chez mes grands-parents.

monopoly_2Rue du Faubourg-Saint-Honoré. Dans le mauvais sens, par le mauvais bout. Les gens pleins aux as déambulant du haut de leurs chaussures de marque, sortant des boutiques Prada, L'Oréal etc les bras chargés d'achats. Une carte jaune au Monopoly. Des parties interminables, dans le salon du Faré, sur la grande table, pendant que la neige tombe sur le Mont-Blanc. À chaque fois, je me fais battre à plate couture par mon père et ma sœur.

Truffaut. Caverne d'Ali Baba. Coffre aux trésors. Avant, nous allions à la Ferme de Gally, et nous nous émerveillions, enfants, la fontaine, le bassin, la cascade avec toutes ses plantes et ses poissons rouges. Après, ce fut Truffaut. Observer d'un œil brillant les chiots, les lapins; un regard craintif sur les hamster et cochons d'Inde; une admiration non feinte pour les couleurs chatoyantes des poissons exotiques. Un jour, on y acheta un faux sapin. Cet arbre factice trône en ce moment dans notre salon. Pour me consoler, on me proposa de le choisir.

La Bruyère. J'y entrais la peur au ventre, en seconde. Je ne connaissais personne. J'en sortais la rage au ventre, l'an dernier. J'y connaissais des gens bien. Depuis, ma rage s'est calmée. Je découvre la fac. J'y suis bien. Et c'est avec un autre regard que je lis les chroniques de mes amis khâgneux. Je ne vois plus le château du quatrième étage, je ne traverse plus l'avenue de Paris. Je passe devant la banque de France, et je cours toujours pour avoir mon RER de 40 le matin. Beaucoup de choses ont changé, mais d'autres sont restées, et ça me rassure en quelque sorte.

Posté par incitatus à 23:42 - Commentaires [6] - Permalien [#]

Jeu de mots laid

"Je lui diiiirai les moooots greeecs!"
(Thanks Dad ^^)

Posté par incitatus à 22:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]