24 août 2011

Canada - intermède


Mes Aieux - Dégénerations

Posté par incitatus à 04:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 août 2011

Canada - 4e jour

Petit tour d'orientation dans Ottawa - deuxième partie. La basilique Notre-Dame des Voyageurs est assez étonnante avec ses flèches complètement argentées - dont j'apprends plus tard qu'elles sont recouvertes d'aluminium. Et les chutes de Rideau : cascade maîtrisée, en plein coeur de la ville.

P1000437

Puis temps libre d'une heure et demi de temps libre pour visiter le Musée des Civilisations. Ce musée est absolument extraordinaire ! A l'étage de l'histoire du Canada, des villages entiers sont reconstitués, on marche sur de la terre battue (fausse, évidemment) et le ciel est une immense voûte bleue. Les vitrines sont celles des magasins, on épie par les fenêtres, on entre dans les maisons et les magasins. Tout est fait pour éveiller la curiosité et donner envie de tout lire. Si bien que nous n'avons pas eu le temps de tout faire. Ce sera une excuse pour revenir ^^

P1000408

Puis départ pour Montréal. Nous sommes désormais en terre francophone. Le Québec présente un peu plus de relief que l'Ontario, semblerait-il. Au menu ce soir, spécialité montréalaise : la smoked meat. La viande macère deux semaines dans des épices, puis est fumée, et enfin passée à la vapeur avant d'être servie. C'est un délice ! Tendre, moelleux et goûtu.

Posté par incitatus à 12:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 août 2011

Canada - 3e jour

Nous quittons Toronto, capitale provinciale de l'Ontario, pour Ottawa, capitale fédérale du Canada. Au programme, beaucoup de route. A droite comme à gauche, une fois sorti de la banlieue de Toronto, tout est verdoyant. De temps à autre, un panonceau prévient contre la traversée probable de cerfs de Virginie ; la guide nous signale les marécages où pourraient se trouver des barrages de castors. Enfin, nous arrivons à Kingston, où nous déjeunons dans un ancien fort militaire britanique. Au menu : soupe de carottes au curry (une tuerie), saucisse et mashed potatoes (de la purée, de la vraie) et pudding bien sucré, bien informe, mais tellement bon !

P1000323

Puis croisière sur le Saint-Laurent, dans la région des mille îles. A côté, la Loire et la Seine sont des poids plumes. Ce fleuve est un géant. Le paysage est superbe, sous le soleil éclatant. L'eau est bleu sombre, et les arbres verts abritent ou dissimulent les "cabanes", qui ressemblent davantage à des palaces qu'à des huttes. De l'autre côté du fleuve, les Etats-Unis.

P1000347

Puis nous repartons en direction de notre destination du jour : Ottawa. La ville est beaucoup plus humaine que Toronto. Plus soignée, des massifs de fleurs partout, des parcs. Les rues sont larges et respirent. Petit tour au Parlement. Derrière le bâtiment, avec vue sur le Saint-Laurent EDIT: la rivière des Outaouais (ce qui semble plus logique) inégalable, la bibliothèque du Parlement, ronde, tout droit sortie de l'univers d'Harry Potter.

P1000384

Le soir, dîner à la Rôtisserie Saint-Hubert, spécialité du coin très prisée des jeunes Québécois. Ce n'est pas de la restauration rapide, mais presque. Spécialité de poulet (sous toutes ses formes) servi avec des frites et de la salade de chou crémeux (chou blanc avec une sorte de mayonnaise sucrée). Evidemment, les plus âgés du groupe - ma grand-mère en tête - crient au scandale et laissent leur assiette quasiment pleine. Se plaignent du service, réclament du pain, comparent le repas à la cantine... De mon côté j'ai vidé mon assiette sans demander mon reste et ai tâché de résister à la tentation de me cacher sous la table tant je n'aime pas les scandales. Somme toute, ça fait partie de la couleur locale et un petit McDo n'a jamais tué personne.

P1000386

(Pas de photos, le wifi de cet hôtel ne le permet pas... je mettrai à jour dès que possible.)

EDIT: le wifi est toujours bof (le premier jour, ça allait, il y avait une connexion filaire ^^)

Posté par incitatus à 13:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 août 2011

Canada - 2e jour

Le lever à 6h ne pose aucun problème, puisque ça fait déjà plusieurs heures que l'on est réveillé. Après un petit-déjeuner continental gargantuesque, nous voilà partis pour les chutes du Niagara.

Comment dire... C'est impressionnant, gigantesque, énorme, magique. Je ne parviens pas à trouver le mot qui pourrait qualifier cette merveille de la nature. N'étaient les immeubles particulièrement peu esthétiques qui ont poussé autour, ce serait parfait.

P1000128

Puis nous repartons, après s'être fait arroser à bord du bateau qui nous emmène au bas des chutes (le tonnerre de l'eau qui tombe en trombes, cataractes d'une violence inouïe, tout cela dépasse de loin notre pauvre condition d'humains), vers la "piscine", sorte de coude que fait la gorge et où les rapides forment des tourbillons enragés. L'eau est d'un bleu superbe. Le soleil est brûlant.

P1000180

Visite de Niagara-on-the-Lake, petite ville historique très jolie, dont les rues sont bordées de maisons toutes plus belles les unes que les autres.

P1000202

Le soir, tour de Toronto, ville démesurée. Le quartier des affaires nous écrase de ses gratte-ciel de verre. C'est beau, pour sûr, mais l'impression d'être minuscule et fragile au milieu de ces géants demeure.

P1000283

Posté par incitatus à 13:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Canada - 1er jour

Arrivée à l'aéroport à 7h15, avec quatre heures d'avance. Trajet long, mais sans encombre. Sur les vols d'Air Canada, on mange bien, et les films proposés sont chouettes.

Ainsi j'ai pu découvrir Detective K, film coréen que j'avais voulu voir il y a quelques mois mais qui n'était pas encore sorti. Le coréen sous-titré anglais, ça reste gérable. Puis j'ai enchaîné avec Rango, en VF (malgré la voix anglaise de Johnny Depp), pour ma grand-mère qui a suivi avec moi (son écran ne fonctionnait pas, et de toute manière on n'avait qu'une paire d'écouteurs pour deux). Bref, Rango, c'est vachement bien.

Atterrissage à Toronto. Rencontre avec la guide et les dix-huit autres membres du groupe. Découverte de l'hôtel. Chambre avec deux lits immenses (petite pensée pour Marion) et très confortables. Je dors comme un bébé jusqu'à... deux heures du matin.

P1000309

Posté par incitatus à 04:49 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 août 2011

Vacances

Peu d'activité ces derniers temps. Mémoire en retard et absence de wifi en vacances en sont les causes.

Un petit message tout de même depuis l'aéroport, où je m'apprête à embarquer pour Toronto. Décollage 11h. Arrivée 13h. Durée du vol, plus de 7h. Ce genre de pardoxe m'a toujours fascinée...

Peut-être prendrai-je le temps de poster depuis l'hôtel.

A bientôt !

Posté par incitatus à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 juillet 2011

Boulets choupis et chevaliers débiles

Parce que depuis plusieurs années, de façon quasi-institutionnelle, je regarde au moins une série pendant l'été (j'avais commencé par les animés japonais – Nana, Fullmetal Alchemist, One Piece – puis avais enchaîné avec des séries dans le sens plus traditionnel du terme, qu'elles soient américaines – Desperate Housewives sur quelques saisons et dont j'ai cessé le visionnage en cours car je ne me souvenais plus de l'endroit où je m'étais arrêtée – ou anglaises – Robin des Bois). Et cela reste pour les séries regardées de façon plus ou moins légale sur internet. Parce qu'à la télé, il y a eu Starsky et Hutch, Drôles de dames, Friends (pour la millième fois), Maigret, Sherlock Holmes, Hercule Poirot...

starsky_et_hutch fma maigret

Parce que – je reprends ma phrase et arrête les subordonnées et parenthèses, c'est promis – donc, je regarde beaucoup plus la télé ou ce qui s'y rapporte pendant l'été (mais toujours pas les infos, personne n'est parfait), j'ai fini cette année par céder à une vieille tentation. Cécile m'en avait parlé plusieurs fois, j'en avais aussi entendu parler par ailleurs sur internet. Aussi, lorsque ma mère annonça un soir qu'elle regarderait bien ce qui passait sur Gulli, j'ai dressé l'oreille : elle voulait regarder Merlin.

merlin

Alors que ce soit tout de suite clair : je ne l'ai pas regardé sur Gulli. La VF, très peu pour moi. Déjà que la série n'est pas extraordinaire, alors avec les voix françaises... Donc un soir, je me suis installée confortablement, et ai commencé.

Scénario cousu de fil blanc, château pas du tout d'époque (on s'attend à un vieux fort mal dégrossi, bien vieux, médiéval... pas à un truc aux toits d'ardoises, avec tourelles et fenêtres), cotes de mailles bien scintillantes et légères, légères ! Cela dit, si j'ai regardé à la suite les trois saisons, c'est qu'il y avait quelque chose de plus.

merlin_2

Merlin, avec son sourire en mode je-te-l'avais-dit-mais-tu-ne-m'écoutes-jamais

arthur_2

Arthur, ou le chevalier à la cote de maille scintillante

Et ce quelque chose, c'est les personnages. Merlin, est choupissime. Arthur est bête avec des élans de classe et de noblesse. Uther est borné, naïf, mais parfois touchant. Guenièvre (Gwen en anglais, donc un peu moins nom de baie qu'on met dans la blanquette de veau – je sais, ce ne sont pas des baies de Guenièvre, mais je ne peux rien contre cette association d'idées) est jolie. Morgane est classe. Lancelot et Gauvain (Gwaine en anglais, donc beaucoup moins bovin que dans la VF) sont beaux. Bref, dans l'ensemble, tous les acteurs sont on ne peut plus décoratifs. Même les méchants. Ça, c'est la première chose.

morgana

Lady Morgana (je n'ai pas trouvé de photo d'elle avec son sourire gentil du début, c'est dommage...)

gwen

Gwen, servante de Morgane et future épouse du prince Arthur

La deuxième chose, c'est la relation qu'établit Arthur avec Merlin. Si si. C'est super chou. Je passe mon temps à me marrer toute seule devant mon écran, à sourire niaisement ou à essuyer la larmichette qui me vient au coin de l’œil. D'une façon plus générale, d'ailleurs, on pourrait parler des relations de Merlin. Avec Gaius, son mentor (dans ces scènes-là, j'ai très envie d'appeler Gaius Merlin et Merlin Arthur, ou Moustique, en référence à Merlin l'Enchanteur de Disney), avec Gwen, avec le Grand Dragon, avec Gwaine... Bref. De toute manière, c'est pour le plaisir des yeux et de la facilité qu'on regarde Merlin. Pas pour se prendre le chou et se demander avec angoisse ce qui va se passer après (même si on n'exclut pas quelques pointes de suspens de temps à autre, et qu'un peu plus de profondeur serait parfois la bienvenue).

lancelot gwaine

Lancelot, le chevalier errant et Gwaine (alias Gauvain), le chevalier titubant

cenred

Quand je dis que même les méchants sont décoratifs...

Somme toute, je vais attendre octobre et la saison 4 avec impatience (moins que pour Sherlock, mais tout de même...)

Posté par incitatus à 23:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 juillet 2011

Anniversaire

La pluie tombait dru ce soir-là. Les pavés brillaient, des rigoles et de petites marres se formaient un peu partout sur la place. Pourtant, il y avait foule au château. Les fêtes vénitiennes devaient avoir lieu, malgré le déluge, et dans la galerie des batailles un concert se préparait.

Les parapluies s’alignaient devant la grille d’or, les cols relevés, les pieds recroquevillés dans les sandales trempées. Les vestes d’été étaient bientôt vaincues et l’eau perçait. Les cheveux dégoulinaient et les lunettes s’embuaient. L’on attendait pour entrer dans la galerie.

Soudain, un petit bonhomme sous un immense parapluie nous indiqua la direction opposée. L’entrée pour la galerie des batailles se faisait de l’autre côté de la cour. Là-bas, les gens s’ébrouaient et affrontait un flot continu de touristes qui tentait de sortir. Parapluie repliés, manteaux sur le bras, la masse s’agglutinait dans un grand escalier. Et enfin, l’entrée dans la galerie des batailles.

Immense, aussi magnifique que dans mon souvenir, les ors se reflétaient sur le parquet grinçant. Des dizaines de rangées de chaises, alignées devant une estrade drapée de noir. Le décors des tableaux se suffit à lui-même.

Le public se tut lorsque les musiciens firent leur entrée en scène. Applaudissements. Quelques quintes de toux. Une vague odeur de chien mouillé, une atmosphère humide de vêtements qui sèchent peu à peu dans la chaleur de la salle. Puis la voix du premier violon s’éleva.

En guise de prélude, avant les Quatre saisons, trois petits morceaux de rien, trois petits bijoux ciselés dans la partition. Le deuxième est tellement beau que les larmes me montent aux yeux. Vivaldi est un magicien. Un sorcier. Un enchanteur. Et c’est Fabio Biondi qui dirige. Lui aussi a de la magie dans les doigts.

C’était magnifique.

Posté par incitatus à 11:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 juillet 2011

Capes et épées

Ces trois derniers jours, j'ai regardé :

1. Capitaine Alatriste.
Déjà, le livre ne m'avait pas plu. La première personne, sans doute. Le manque de panache du personnage principal que j'imaginais bien plus classe – on doit, je pense, cette carence au point de vue interne. Et la traduction n'ajoutait rien.
Le film m'a déçue de même. Pourtant, le Capitaine était joué par Viggo Mortensen. Mais la moustache à la Cyrano ne lui va pas. Et les scènes de guerre, très violentes, manquent de souffle. Très peu de suspens, pas de rythme. On s'ennuie. Et le film dure plus de deux heures. Dommage pour un film de cape et d'épée.

56260_b_capitaine_alatriste

2. La Fille de d'Artagnan.
Là, on touche à la perfection du genre. Scénario construit, rythme haletant, humour, scènes de duel enjouées, acteurs merveilleux, beaux costumes. Plusieurs hypothèses de complots qui n'en sont pas. Des personnages complètement à la masse. Des références aux Trois mousquetaires à la pelle : pour qui a lu le roman de Dumas, c'est tout à fait réjouissant.
Sophie Marceau est superbe, Philippe Noiret charismatique, Claude Rich drôle et ridicule, et j'en passe. Tout dans ce film donne envie de le revoir encore et encore. Sans compter qu'Éloïse passe plus de temps en culotte une épée à la main à tenir tête à son père qu'en robe d’apparat à faire des courbettes (comme son père qui a « du mal à courber l'échine. L'âge sans doute. »).

3. Le Bossu.
Je connaissais par cœur la version avec Jean Marais, mais n'avais jamais vu en entier celle avec Daniel Auteuil. C'était bien dommage, car ce film est excellent ! Les chorégraphies des duels et combats sont superbes, les costumes aussi, la musique est parfaite.
Les acteurs sont très bons. C'est d'ailleurs amusant de retrouver Philippe Noiret, dans le rôle de Philippe d'Orléans cette fois. Fabrice Lucchini est un très bon méchant, rongé par l'envie et la jalousie. Et Daniel Auteuil, avec ou sans bosse, reste classe.
Un film somme toute très divertissant, au rythme enlevé et on ne peut plus agréable pour les yeux.

affiche_Le_Bossu_1997_1

Posté par incitatus à 10:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 juillet 2011

Questions existencielles et salsifis

Travailler au centre communal d'action sociale de sa ville, c'est redécouvrir son supermarché sous un jour nouveau.

Armée de deux listes (quand ce n'est pas plus), je tente d'organiser ma visite pour gagner du temps. D'abord les produits d'entretien, puis l'eau, puis les conserves et le pain, puis les produits frais, enfin le fromage à la coupe (et l'oeuf unique de Madame R.). Malheureusement, toute ma bonne volonté est réduite à néant face aux lingettes pour lunettes : produits d'entretien ou hygiène ? La question restera sans réponse : j'ai annoncé à Madame A. que le rayon était vide. Quant à la lessive S*** pour le noir, elle n'y est pas. Toutes les marques sont en rayon, sauf celle-ci. Déconfite par ces deux échecs successifs, je me rabats sur les yaourts et autres boîtes de salsifis.

idd_supermarche

Mais là, le dilemme me frappe à nouveau : on me demande des boîtes de pois cassés. Or, les pois cassés en conserve, ça n'existe pas (ma mère, au bout du fil, me le confirme). Que faire ? Prendre des pois secs ? Choisir des petits pois ? Des pois chiches ? Encore dix minutes de passées. En ce qui concerne la "macédoine de fruits", le choix est cornélien : faut-il opter pour le "cocktail exotique" à fond turquoise ou pour la "coupe fraîcheur" à fond rose ?

Enfin, c'est à la caisse que commence les vrais problèmes : ne pas mélanger les courses de Simone et de Thérèse. Mettre dans les bons sacs. Récupérer la monnaie de l'une et ne pas oublier la pièce d'identité de l'autre (j'ai de la chance quand on ne me demande pas la mienne en prime). C'est une concentration de tous les instants, exercice fort difficile quand on a les jambes qui flageolent et les yeux qui papillonnent, sous l'effet du Doliprane de midi...

Posté par incitatus à 17:05 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,