Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

27 janvier 2012

Demain

Demain matin, six heures, mon train partira pour Angoulême. Si tout va bien, j'arriverai beaucoup trop tôt, et j'aurai le temps de repérer les lieux avant que le festival n'ouvre ses portes, à dix heures.

J'ai hâte.

En attendant, je bosse sur une soutenance en groupe, je sèche mon cours magistral, je me demande quand on aura nos sujets de projet d'intégration, je songe aux projets que je n'ai toujours pas rendus, et je me dis que j'ai énormément d'articles en retard sur mon site Wordpress...

Mais demain, je serai à Angoulême.

J'ai hâte.

Posté par incitatus à 10:58 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 janvier 2012

Miscellanées

En cherchant ma vidéo de Papageno hier, je suis tombée sur une interprétation assez époustouflante de Son qual nave de Riccardo Broschi. J'aime énormément la version du film Farinelli et Cecilia Bartoli, alors les deux réunis... je ne me sens plus de joie ! Si vous ne connaissez pas la version « de base », elle est à écouter avant les variations ci-dessous. Cet air me donne la chair de poule. Et cette voix ! ...

Puis, de vidéo en vidéo, j'ai découvert Kangmin Justin Kim, contre-ténor, dans une magnifique parodie de Cecilia Bartoli. Au début, j'ai cru à un montage, mais après quelques recherches plus poussées, j'ai dû me rendre à l'évidence : c'est bien lui qui chante. Dans l'ordre, vous avez la version « originale » suivie de la parodie.

D'après vous, quelle est la matière première de ce camée, œuvre de Judith G. Klausner ? Découvert ici (ce site est merveilleux, et je dois me retenir de mettre les liens vers toutes les belles choses que j'y ai vu).

sculpture_portrait

Enfin, un gif animé. Dieu sait que je n'aime guère ce genre d'illustration, mais quand j'y ai vu un commentaire lié à la SOPA de la SOPA, je l'ai trouvée très justifiée. (source)

tumblr_ly0dacBj4J1qf9soho1_500

 

Posté par incitatus à 22:41 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Une flûte enchantée

Samedi après-midi promettait d'être morose. Frère porte de Versailles à un salon hyper-hype, et mère au théâtre avec la grand-mère. Moyennement enthousiaste à l'idée de passer l'après-midi seule à me tourner les pouces, j'ai réussi à obtenir une place pour le spectacle où allaient mère et grand-mère, seul spectacle de l'année qui m'avait fait envie, à savoir Une flûte enchantée, adaptation de Mozart par Peter Brook. Dans la mesure où j'aime et admire le travail d'Irina Brook, j'étais curieuse de voir une création de son père. Sans compter que je rêvais depuis longtemps de voir La Flûte enchantée sur scène, en vrai.

Décors dépouillé, simple : des bambous se dressent sur scène, mouvant au gré des acteurs, tour à tour forêt, cage, passage, temple. Une simplicité esthétique, élégante, discrète, qui nous permettait de nous concentrer sur l'histoire. Histoire que je n'avais jamais comprise. J'ai découvert que la Reine de la Nuit était méchante - ce dont je me doutait plus ou moins - et que Zarastro était gentil - ce que j'ignorais totalement.

laflute535

Seulement, là où j'eusse préféré une version originale, pleine de panache et fleurant l'aventure épique et merveilleuse, il y avait les chanteurs accompagnés par un pianiste. C'est tout. Bien sûr, on ne peut nier que ledit pianiste était virtuose, que les chanteurs, malgré leur jeunesse et leur aspect fluet pour certains, avaient des voix impressionnantes. Mais je suis navrée de dire qu'une partie de l'histoire m'échappe encore : je me suis endormie sur l'air de Tamino et Zarastro. Ils m'ont perdue en route. Lorsque je me suis réveillée, Tamino avait disparu, et mon voisin dormait à points fermés, lui aussi.

Par contre, la jovialité de Papageno faisait plaisir à voir, et son "De-er Vögelfä-änger-er bin ich ja..." m'a trotté dans la tête toute la soirée. Seul regret sur cette version raccourcie (1h30), l'absence du célèbre "Hm-hm-hm-hm".

Bref. Je n'ai pas trouvé ce spectacle inoubliable, et je dois encore aller voir La Flûte enchantée de Mozart en version intégrale.

PS : je suis sûre que ça donnait mieux aux Bouffes du Nord qu'à Saint-Quentin. Parce que le théâtre des Bouffes du Nord dégage une magie qu'on n'a pas dans les salle trop modernes.

Posté par incitatus à 00:32 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 janvier 2012

Jargon mathématique

Estimation, algorithme, topologie, somme pondérée, moyenne, probabilité, gaussienne, logarithme, grandient... Les mots semblent une litanie sans fin de syllabes, à peine articulées, heurtant l'oreille et nous plongeant dans un silence dubitatif et dans l'expectative. Probabilité conjointe maximale. L'expression est lâchée. Ce pourrait être une insulte que nous n'y verrions que du feu.

Cet être mou et qui se croit investi d'une sacro-sainte autorité mais qui ne parvient même pas à avoir le respect de ses étudiants a peut-être l'intention d'empêcher toute question ou protestation en nous noyant dans son jargon technique et d'une laideur à pleurer.

Aridité, sécheresse. Nous sommes dans le désert des statistiques. Ou des probabilités. Le tout appliqué à la parole. Saupoudré de formants, de spectres, de pitch, de hertz, de nanosecondes. La linguistique est peut-être une discipline sévère et rigide, mais jamais je n'avais imaginé qu'on pourrait la rendre aussi vide, aussi désincarnée.

C'est triste.

Posté par incitatus à 22:42 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 janvier 2012

Vraies valeurs

Voici un homme qui sait ce qu'il doit y avoir dans une bibliothèque qui se respecte ^^

bayrou_bureau

Posté par incitatus à 19:32 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Du pouvoir cathartique des insultes

Il m'a enguirlandée pour une raison que je ne comprendrai jamais. Majesté offensée, il m'a fait comprendre que je n'étais qu'un amas de bonnes notes, et ce qui aurait dû être compliment - être major, c'est positif, non ? - devenait dans sa bouche la condition pour laquelle je devais viser plus haut. Là où il n'a rien compris, c'est que je sélectionne par confort, et non par intérêt. Mais là n'est pas mon propos.

capitainevoiture

Sortie du bureau, j'étais à la fois un peu estourbie par ce qui venait de m'arriver - je me fais très rarement réprimander par mes enseignants - et complètement remontée. Il m'avait cassé ma joie, m'avait fait comprendre que je n'étais qu'une gamine naïve et inconséquente, et qu'il fallait me réveiller et penser à mon avenir lointain.

42_lagaffe_jurons

Je bouillais. La colère, l'indignation et l'humiliation m'étranglaient, m'étouffaient. Le seul moyen que j'ai trouvé pour ne pleurer qu'une fois arrivée chez moi, c'est de répéter des insultes - des insultes que je ne dis jamais - en une litanie infinie, dans le métro. Les gens ont dû me croire folle à lier, à marmonner comme ça dans la rame. Mais peu m'importe, c'était la seule chose qui me soulageait.

Mais quel enfo... !

coke49

Posté par incitatus à 09:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 janvier 2012

Où je me dois de dire une expression de mon grand-père

Mon grand-père avait une expression, d'une élégance rare et d'une absolue finesse, qui colle parfaitement à la chance écoeurante que j'ai eu une fois de plus. Mon grand-père disait de quelqu'un de chanceux qu'il avait "le cul bordé de nouilles". Bon, s'il-vous-plaît, n'essayer de pas de visualiser, ce n'est pas très joli.

Pourquoi une telle introduction ? Tout simplement :

La semaine dernière, mon directeur de mémoire de l'an dernier m'envoie une offre de stage. Je jette un oeil : sujet intéressant, milieu de la recherche industrielle, petite boîte récente et... à dix minutes de chez moi. Je saute sur l'occasion. En un week-end, je mets à jour mon CV et rédige ma lettre de motivation. J'envoie le tout. Le lendemain, on m'appelle, on fixe un rendez-vous.

Ce matin, l'angoisse et l'impatience font un mélange détonnant. Le coeur qui accélère brutalement, l'estomac qui se tord. Rien que de très normal. Lorsque j'arrive, j'ai l'impression qu'ils ont déjà décidé de me prendre. Aussi, à la fin de l'entretien n'attendent-ils que ma réponse, qui est immédiate, bien sûr ! J'ai même le droit de continuer le club BD !

La vie n'est-elle pas merveilleuse ? Une offre, un CV, une réponse, un stage trouvé. J'ai parfois l'impression que je vais me réveiller un matin et que tout aura été un rêve. Je plane complètement.

Posté par incitatus à 15:23 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 janvier 2012

pudor, oris : la honte

Le ciel ce matin s'assortit parfaitement à mon humeur, ou même, à mon état d'esprit : gris, monotone, froid, triste à mourir.

Il y a des moments où l'on nous dit de grandir, et ceux, bien pires, où l'on se rend compte par soi-même qu'il faut avancer. Bien sûr, il y a des choses qui évoluent sans douleur, presque imperceptiblement. Mais pour le reste, c'est au gré de désaccords croissants, de petites phrases piquantes et douloureuses comme « ce n'est plus de ton âge », que l'on apprend qu'il faut changer.

Le changement est terrifiant. Absolument et incontestablement paralysant. Il y a des jours où, sans doute, je le cherche avec avidité, et surtout quand je ne sais pas sur quel pied danser ou que je me retrouve sur des charbons ardents ; alors tout mouvement est le bienvenu. Mais quand on est bien au chaud dans un duvet, pourquoi en sortir ?

Sans compter que tout ne nécessite pas de changement. Des choses, qui relèvent des affaires intérieures, comme nos choix de livres ou de films, dépendent entièrement de nos choix et préférences. Il y a des adultes qui pratiquent encore des jeux de rôles et que d'hypocrites joueurs de poker ou autres « jeux de grands » vont regarder de travers ; il y a des adultes qui regardent encore des dessins animés, se protégeant du bouclier de la nostalgie et du souvenir. Personnellement, je ne me protège pas : pourquoi ? À quoi bon ? On peut bien lire et regarder ce qu'on veut.

Aussi, quand on m'a dit que je devrais grandir et lire des choses plus évoluées que Harry Potter, je me suis sentie blessée. Passe encore que ce soit un voisin de classe : c'était plus pour me charrier, et il a trente ans passés, il doit se sentir vieux. Mais ma propre mère. Elle n'a réussi qu'à me rendre honteuse de mes lectures. Parce que me dire d'arrêter ne me fera pas arrêter. Seulement désormais je ne pourrai plus lire dans le métro ou dans les couloirs de la fac sans penser à l'opinion des autres. Si même ma mère juge mes lectures, je ne sais plus où me réfugier.

Désormais j'ai peur et honte et mal, et si le ciel se met à pleuvoir, je risque de l'imiter.

Posté par incitatus à 10:17 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 janvier 2012

Sasmira, tome 1 : "L'Appel"

Sasmira - 1, L'appel

 

Une intrigue palpitante et un scénario tordu à souhait, paradoxe temporel et costumes anciens, Paris et un château provincial, des personnages étranges et un peu mystérieux : tout, dans cette bande-dessinée, était fait pour me plaire. Et ma sœur a su le voir en m’offrant ce cadeau à Noël !

Posté par incitatus à 09:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 janvier 2012

Promets-moi

Résumé (allociné)

Au sommet d’une colline isolée au fond de la campagne serbe vivent Tsane, son grand-père et leur vache Cvetka. Avec leur voisine l’institutrice, ce sont les seuls habitants du village.
Un jour, le grand-père de Tsane lui annonce qu’il va bientôt mourir et lui fait promettre qu’il franchira les trois collines pour rejoindre la ville la plus proche et vendre Cvetka au marché. Avec l’argent récolté, il devra acheter une icône religieuse et un souvenir. Enfin, il lui faudra trouver une épouse.
Arrivé en ville, Tsane n’a aucune difficulté à exaucer les premiers voeux de son grand-père. Mais comment faire pour trouver une fiancée et la convaincre de le suivre au village avant que son grand-père ne disparaisse ?

Promets-moi

Au début un peu réticente à voir ce film proposé par ma sœur – je connais son goût prononcé pour les histoires réalistes qui finissent mal – je me suis finalement laissée emporter par cette histoire complètement surréaliste et délirante.

Une esthétique très particulière, colorée, chamarrée, enjouée. Des personnages drôles, certains ridicules, d’autres tellement fous que l’on se demande s’ils ne sont pas sages, des personnages animés et vivants.

Des images loufoques, grotesques, cocasses, complètement hallucinantes. Une histoire qui nous paraît un conte du Caucase, mais qui peut-être – qui sait ? – raconte une certaine réalité que nous ne connaissons pas, chez nous, au cœur de notre métropole.

En fin de compte, une découverte riche, tant d’un point de vue filmique que musical.

Posté par incitatus à 08:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,