Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

17 octobre 2011

L’Autre Monde : l’intégrale (2001)

Résumé (BD Gest’)

A la suite d’une curieuse panne de sa navette, Jan Vern se retrouve parachuté sur un drôle de monde, un monde touchant où personne n’a découvert l’Amérique, où les cigognes apportent les bébés, où le ciel est comme une toile de cirque où sont peintes les constellations. Mais justement, le ciel s’est déchiré sur les pics des montagnes, tout au fond, là-bas. Jan et ses nouveaux amis – Adler le savant fou, Keith et la jolie Blanche – partent alors vers cet horizon déchiré, histoire d’essayer de comprendre ce qui se passe dans le ciel.

L'Autre Monde - 1 L'intégrale

Une histoire étrange, un scénario qui tend vers le voyage initiatique et l’aventure, un mélange de contes de fées et de réalité : voilà qui aurait dû m’émerveiller et me surprendre. Pourtant, je n’ai pas réussi à entrer vraiment dans l’histoire. La deuxième partie est plus réussie que la première de ce point de vue-là. La découverte de ce qui se passe de l’autre côté du ciel pose de nombreuses questions. Enfin on touche à un contenu plus profond et qui présente un véritable intérêt. Cet « envers » du ciel n’est pas sans rappeler l’univers gigantesque et angoissant de Peters et Schuiten, « Les Cités obscures ».

Les personnages sont trop impersonnels, manquent de caractère. Ils m’ont laissé l’impression qu’ils étaient en pleine représentation théâtrale et n’appartenaient pas vraiment à leur histoire. Que ce soit le protagoniste, le savant fou, la belle jeune femme : aucun personnage n’est convaincant. Ils sont trop lisses pour être crédibles. A tel point qu’ils en deviennent agaçants.

Par contre, d’un point de vue graphique, c’est très beau. Ce n’est pas vraiment impressionnant, mais la douceur du trait rappelle les contes pour enfants, les couleurs sont chaudes, les paysages sont beaux. Un petit côté fané, un peu rétro. Vraiment joli. Un peu magique.

En fin de compte, même si l’histoire est longue à mettre en place, on s’y retrouve. Le sujet aurait mérité d’être fouillé davantage, mais si l’on prend cette bande-dessinée pour ce qu’elle est, un joli conte pour enfants, on passe un agréable moment de lecture.

Posté par incitatus à 21:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,