Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

05 juillet 2011

Questions existentielles et salsifis

Travailler au centre communal d'action sociale de sa ville, c'est redécouvrir son supermarché sous un jour nouveau.

Armée de deux listes (quand ce n'est pas plus), je tente d'organiser ma visite pour gagner du temps. D'abord les produits d'entretien, puis l'eau, puis les conserves et le pain, puis les produits frais, enfin le fromage à la coupe (et l'oeuf unique de Madame R.). Malheureusement, toute ma bonne volonté est réduite à néant face aux lingettes pour lunettes : produits d'entretien ou hygiène ? La question restera sans réponse : j'ai annoncé à Madame A. que le rayon était vide. Quant à la lessive S*** pour le noir, elle n'y est pas. Toutes les marques sont en rayon, sauf celle-ci. Déconfite par ces deux échecs successifs, je me rabats sur les yaourts et autres boîtes de salsifis.

idd_supermarche

Mais là, le dilemme me frappe à nouveau : on me demande des boîtes de pois cassés. Or, les pois cassés en conserve, ça n'existe pas (ma mère, au bout du fil, me le confirme). Que faire ? Prendre des pois secs ? Choisir des petits pois ? Des pois chiches ? Encore dix minutes de passées. En ce qui concerne la "macédoine de fruits", le choix est cornélien : faut-il opter pour le "cocktail exotique" à fond turquoise ou pour la "coupe fraîcheur" à fond rose ?

Enfin, c'est à la caisse que commence les vrais problèmes : ne pas mélanger les courses de Simone et de Thérèse. Mettre dans les bons sacs. Récupérer la monnaie de l'une et ne pas oublier la pièce d'identité de l'autre (j'ai de la chance quand on ne me demande pas la mienne en prime). C'est une concentration de tous les instants, exercice fort difficile quand on a les jambes qui flageolent et les yeux qui papillonnent, sous l'effet du Doliprane de midi...

Posté par incitatus à 17:05 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires sur Questions existentielles et salsifis

  • Quand on commence à aimer les salsifis, on n'est pas loin de se mettre à apprécier les betteraves.
    C'est dire si la pente est dangereuse.

    Posté par delest, 06 juillet 2011 à 06:44 | Répondre
  • >> delest

    Je ne connais pas bien les salsifis, mais j'aime les betteraves ^^

    Posté par inci, 06 juillet 2011 à 08:17 | Répondre
  • Tout s'explique

    Les amateurs de betterave méritent qu'on leur parle avec respect, douceur, et commisération.

    Posté par delest, 06 juillet 2011 à 10:33 | Répondre
  • >> delest

    Ah bon ? Et pourquoi donc ?

    Posté par inci, 06 juillet 2011 à 13:00 | Répondre
  • Parce que la betterave est molle, douceâtre, et violacée. Aimer ce truc, c'est faire preuve d'un masochisme qui confine à la tentative de suicide. En plus, ça tache les dents.
    Une autre question ? ^^

    Posté par delest, 06 juillet 2011 à 14:10 | Répondre
Nouveau commentaire