Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

28 février 2011

Bruxelles

Malgré la mauvaise chambre et la pluie qui est tombée sans discontinuer le second jour, nous avons eu le temps de :

- déguster un cornet de frites dans une galerie commerçante, à l'abri

- lire quelques BD à la bibliothèque du Centre de la Bande Dessinée

gaufre_liege

- goûter aux gaufres dégoulinant de sirop de Liège

- admirer les Magritte d'un des musées royaux

Magritte_Empire

- nous perdre dans cette ville dont les rues changent de nom tous les cinquante mètres

- regarder les reflets des bâtiments officiels sur les pavés luisants de la Grand-Place

- boire un thé au dixième étage du Musée des Instruments de Musique.

mim

Il nous faudra y retourner par beau temps...

PS : les photos ne sont pas de moi.

Posté par incitatus à 10:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 février 2011

You're beautiful

Si on ne m'avait pas dit – si je n'avais pas lu – qu'il s'agissait d'une parodie, j'aurais eu peur. Et même si j'étais au courant, l'affiche m'a un peu inquiétée. Je crois que de tout ce que j'ai vu jusque là, c'était le plus gratiné.

Beautiful

De quoi s'agit-il? La trame est simple : une jeune fille qui s'apprête à prononcer ses vœux définitifs dans le couvent où elle a été élevée se voit demander de prendre la place de son frère jumeau, chanteur de pop qui est sur le point de signer un contrat pour intégrer le groupe le plus populaire du pays. C'est ainsi que Go Mi-Nyu intègre le boys band A.N.Jell sous l'identité de son frère Go Mi-Nam. S'ensuivent évidemment complications, secrets et intrigues amoureuses en tout genre.

Chacun des personnages est une caricature ambulante : du leader qui ne pense qu'à son image au mec super intelligent et gentil en passant par la garce jalouse et manipulatrice. Certaines situations sont réellement drôles, et d'autres ne le sont que parce que j'ai eu le(a) malheur/courage/bêtise (chisissez l'option que vous préférez) de regarder des fanvids sur les Super Juniors, à l'époque lointaine où je perdais beaucoup de temps sur Yout*be.

youre_beautiful_parkshinhye_1

À côté de cette peinture parodique du monde du show-biz (et sans doute – j'espère – de la comédie romantique, tant on cumule les clichés), on retrouve le thème du mensonge qui prend les acteurs à leur propre jeu, l'handicapé du sentiment (ou enfoiré affectif, tout dépend du point de vue), le grand cœur amoureux et chevalier servant qui voit l'objet de son amour fuir pour un autre, les mystères de la parenté perdue et qu'on doit/cherche à retrouver.

Cette fois-ci, pas de Lee Jun-Ki (désolée Bambou, j'ai achevé sa filmographie avec Hero), mais une actrice vraiment chou, et deux ou trois acteurs sur lesquels on ne va pas trop cracher non plus. Cela dit, celui qui est élu par la protagoniste n'a pas eu l'heur de me plaire, et je suis un peu restée sur ma faim.

Go_Mi_Nam_You_re_Beautiful__22112009021808

Par Shin-Hye as Go Mi-Nam, l'actrice "vraiment chou"

La guimauve n'était donc pas de première qualité, mais assez efficace pour me faire oublier mes soucis le temps d'un visionnage.

Posté par incitatus à 22:50 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 février 2011

Les Femmes du 6ème étage

Quand nous sommes partis pour le cinéma, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. J'avais certes lu une critique pas trop mauvaise, mais j'ai pour habitude d'éviter de me fier aux critiques. Pour tout dire, j'y allais surtout pour Fabrice Lucchini, que j'ai appris à apprécier.

Les_femmes_du_6e_3

Ouverture sur une scène de réveil, sous les toits parisiens : la journée commence pour les bonnes qui y logent. En descendant chez les bourgeois, la radio nous met au parfum, l'histoire se passe sous De Gaulle.

Un scénario cousu de fil banc, dont j'ai espéré à chaque minute qu'il allait me surprendre, mais qui préférait la simplicité de l'histoire convenue. Qu'à cela ne tienne, si le récit manque de piment et d'imprévu, il ne manque pas d'épices et de sel. On entre dans le film sans s'en rendre compte, et lorsque le générique de fin apparaît, nous nous levons avec un sourire jusqu'aux oreilles.

Les_femmes_du_6e_1

Des scènes drôles, malentendus, gaffes ; une ambiance bon enfant qui allège le cœur et éclaircit le ciel gris de ce triste mois de février. Et pourtant, ce film fait s'entrechoquer deux mondes radicalement différents.

Tout là-haut, perché au sixième ciel, le monde haut en couleurs et en douleurs des bonnes espagnoles, qui arrive du pays chacune avec ses rêves et ses blessures. En dessous, l'univers des bourgeois, engoncés dans une vie qu'ils n'ont pas forcément choisie.

Les_femmes_du_6e_2

Ce n'est pas pour l'histoire qu'il faut voir le film, mais pour ses acteurs, tous excellents. Lucchini est loin du personnage extravagant que l'on connaît, et les actrices espagnoles, chacune dans son personnage, sont réjouissantes.

Il y a des clichés, mais ils ne sont pas lourds. Il y a de la guimauve, mais c'est trop bon.

Posté par incitatus à 22:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Publicité

Je n'aime pas la publicité au cinéma.
Je n'aime pas les grandes marques.
Je n'aime pas le football.

Mais ça, j'aime.
Cyrano est un des plus beaux textes jamais écrits.
Enfin un publicité qui n'a pas peur des mots.
Une publicité intelligente.

Posté par incitatus à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 février 2011

한글

Ça y est, elle a complètement craqué, allez-vous penser.

Mais non, je n'ai fait qu'acheter un manuel de coréen chez G*bert. Parce que je finis toujours par me demander comment fonctionne une langue. A fortiori quand elle n'est pas indo-européenne. Alors quand j'ai appris que le coréen était de la même famille que le turc et le hongrois, je n'ai pas pu résister.

9782915255492FS

Une langue asiatique certes, mais qui n'a rien à voir avec le chinois. Une langue qui a un alphabet de vingt-quatre lettres, c'est déjà un bon point, non? Certes, ils utilisent encore les caractères chinois, mais tout le monde ne peut pas les lire là-bas. Ils sont réservés à une élite intellectuelle, d'après ce que j'ai compris.

Et sur cet alphabet (parce que l'histoire des écritures est au moins aussi passionnante que celle des langues), j'ai lu ici quelque chose de très intéressant:

«[Le Hangeul (nom de l'alphabet coréen)] présente la particularité unique d´avoir été créé de toutes pièces et de façon rationnelle au 15ème siècle de notre ère à l´initiative du roi Sejong (…).

Les 14 consonnes et 10 voyelles qui constituent cet alphabet reproduisent avec une rare exactitude tous les sons de la langue coréenne. Les consonnes représentent graphiquement la position des organes phonatoires (…).

En revanche les voyelles trouvent leur origine dans les principes cosmiques de la philosophie taoïste. Elles sont en effet des combinaisons des trois éléments de base : le point (.), pour le ciel; le trait horizontal (_), pour la terre; le trait vertical (|), pour l’homme. »

Korean_Hangul

Comme tout système linguistique, il a une signification politique très importante, puisque le roi Sejong a vu les grands du royaume s'opposer à ce progrès, synonyme de démocratisation de la culture. Alphabet tellement lourd de symbole qu'il a été interdit lors de l'occupation japonaise, et qu'aujourd'hui le 4 octobre – cet alphabet a été promulgué le 4 octobre 1446 par Sejong – est jour de fête nationale en Corée*.

Prochaine étape : trouver une vraie grammaire du coréen, parce que ce manuel n'est pas assez complet. Et surtout, il n'est pas organisé de façon assez rigoureuse.

* Alors la Fête Nationale a une date indéterminée, puisque les sites se contredisent tous les uns les autres. A priori ce serait plutôt le 15 août, jour de la libération. Mais la Fête du Hangeul existe vraiment (le 4 ou le 9 octobre selon les sources).

NB : le titre de cet article se transcrit « hangeul »

Posté par incitatus à 11:28 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 février 2011

Hero

Ces derniers jours, j'ai regardé une nouvelle série coréenne, la plus récente dans la filmographie de Lee Jun-Ki. Pourtant, je n'avais pas de révisions... Peut-être était-ce l'effet de l'attente des résultats? Peu importe, j'ai donc découvert Hero.

Lee_Jun_ki_drama_Hero_sold_to_5_countries

Présentée comme une comédie, avec comme à chaque fois un résumé qui ne résume pas vraiment l'intrigue, passés les cinq premiers épisodes, je n'ai plus compris pourquoi ils appelaient ça une « comedy » sur le site.

Certes, quiproquos, malentendus, gags et situations burlesques peuplent les premiers épisodes, mais bien vite, une sombre histoire de meurtre, de manipulation politique, de mensonge vient entacher cette atmosphère légère.

Hero0300_58_27

Les méchants au pouvoir, les gentils sans un rond, un peu caricatural tout ça. Mais peu importe, j'ai accroché à l'hameçon. Et au milieu de tout ça, un personnage trouble, dont on ne sait pas où il veut en venir. Il ne s'agit même pas du personnage principal.

Une histoire qui prend pour décors le milieu médiatique et pour protagoniste un reporter entêté (Lee Jun-Ki joue aussi bien le parfait abruti que l'homme blessé par un lourd passé). Autour de lui gravitent une équipe de reporters soudée, une équipe de police unie, et le reste du monde, qui refusent de les entendre.

Hero0701_54_25Hero0701_33_41

Deux mouvements dans l'intrigue : d'abord on réveille une vieille histoire et on révèle une vérité enfouie. Puis on assiste à un bras de fer (éprouvant pour les nerfs du téléspectateur) entre deux journalistes, deux directeurs, deux journaux. Un bras de fer musclé en pouvoir et vérité.

hero1_00161

Rien que pour la fin qui fait sourire bêtement et pour les scènes choupinous qui émaillent les épisodes, ça valait le coup.

Posté par incitatus à 02:31 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 février 2011

Hero

Je l'avais déjà vu, il y a longtemps. Et c'est avec plaisir que j'ai pu le revoir, en VO cette fois-ci.

Ce film raconte une légende, et est filmé comme tel. Rien de réaliste dans la façon dont les scènes sont filmées, pas plus que dans les décors gigantesques ou les costumes monochromes.

p8

Tout plan est un nouveau tableau.

L'histoire existe sur plusieurs plans simultané. La voix off, qui ne parle pas mais écrit, au début, voix la plus ancrée dans la réalité. Puis la cour, avec l'énigmatique Sans Nom, qui raconte une histoire, relayé par l'empereur. Dominante noire, pour cette obscure réalité, qui tente de démêler le vrai du faux, qui est se veut à la fois politique et historique.

hero2

Puis les récits successifs d'une même histoire. Plusieurs versions. Du rouge au blanc, en passant par le vert et le bleu. Plus on approche de la vérité, plus les couleurs pâlissent. Successions d'estampes, de tableaux à l'aquarelle.

Exquise finesse, détails ciselés sur fond nu. Les combats sont peut-être d'une lenteur exagérée au début, mais le récit s'enhardit. Plus la vérité approche, plus les épées sont nerveuses. Les flèches sifflent. On se laisse envoûter, sans cependant éprouver la moindre émotion.

hero1

Un film à voir pour sa pure beauté graphique. Parce qu'en fin de compte, les personnages disparaissent dans cette immensité violemment colorée. Seul l'empereur garde quelque chose de vivant en lui : les autres semblent complètement déshumanisés.

Posté par incitatus à 22:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Renoir

Il fait beau, l'air est doux. Le vent joue avec les rideaux de la porte-fenêtre, le soleil fait des ombres chinoises sur le parquet. J'ai l'impression d'être dans un Renoir...

renoir__peonias_1880

Tableau découvert  à l'exposition "Passion pour Renoir", au Prado.

Renoir_ni_a_con_ave

"Niña con ave" (du latin avis, is : l'oiseau)

Posté par incitatus à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 février 2011

Cupcakes presque Dukan

Combien j'ai entendu de personnes dire que le régime protéiné c'était dégueulasse (oui, carrément, la vulgarité est de mise)! Sauf que ces personnes n'ont pas compris une chose : c'est lorsqu'on a des contraintes que notre imagination se met en route. Et c'est là tout l'intérêt du régime Dukan. Avec la contrainte « tout-protéine », on est obligé d'avoir recours à des trésors d'imagination. Aussi, en trichant un peu pour certains ingrédients, j'ai réussi à faire de délicieux cupcakes, aussi bons que des vrais.

dukan

Ingrédients pour 12 muffins :

- 8 cuillers à soupe de son d'avoine
- 4 cuillers à soupe de son de blé
- 16 cuillers à soupe de lait écrémé en poudre
- 6 œufs
- ½ sachet de levure
- 3 à 4 cuillers à soupe d'édulcorant liquide

Pour les muffins à la vanille :

- 1 fromage blanc Taillefine à la vanille (ou un fromage blanc nature et de l'extrait de vanille)

Pour les muffins à la noix de coco :

- 4 à 5 cuillers à soupe de lait de coco
- 3 à 4 cuillers à soupe de noix de coco en poudre

On peut ajouter dans les muffins que l'on veut des pépites de chocolat (j'ai mis du Poulain Ligne gourmande à 70% de cacao).

Il suffit de mélanger tous les ingrédients de base (monter les blancs en neige peut donner une texture plus moelleuse à la pâte). Puis on sépare en deux : dans une moitié on mélange le fromage blanc à la vanille, dans l'autre la noix de coco. On verse dans les moules à cupcakes/muffins et on enfourne le tout un quart d'heure à 180°C.

Dukan_2

C'est là qu'arrive la partie la plus amusante : le glaçage. Seul celui au chocolat contient du vrai sucre (pour des raisons de consistance).

  1. Carré frais 0% – jus de citron – aspartame

  2. Crème de coco – noix de coco en poudre – aspartame – jus de citron (à peine)

  3. Chocolat Ligne gourmande 70% – sucre glace – un trait de lait de coco pour la consistance

Et le résultat est à la hauteur ! C'est délicieux, malgré l'absence de beurre et de sucre. Seule matière grasse : la noix de coco et le chocolat. Mais les vertus du son d'avoine font le contrepoids.

Posté par incitatus à 14:47 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 février 2011

Liste livresque

EDIT : après relecture, je me suis rendu compte que Lord of Flies se traduisait par Sa Majesté des Mouches, et que par conséquent, ma liste passait de dix à onze...

Taggée par Mimy, voici ma liste. J'ai eu peur de n'avoir pas lu les six livres requis par la BBC, mais l'honneur est sauf, j'en ai dix à mon actif.

Have you read more than six of these books? The BBC believes most people will have read only six of the 100 books listed here. Instructions: Bold those books you've read in their entirety. Italicize the ones you started but didn't finish or read only an excerpt.

En prime, je soulignerai ceux dont j'ai vu une adaptation cinématographique. Figurent en orange ceux que j'ai l'intention de lire, un jour...

1 Pride and Prejudice - Jane Austen
Après avoir vu la série de la BBC, et avoir entendu parler de cette histoire moult fois au lycée, j'ai fini par le lire, ce roman.

2 The Lord of the Rings - JRR Tolkien
Après avoir vu le premier film, je me suis lancée dans la lecture de la trilogie. Mais j'ai largement préféré les films, plus digestes à mon humble avis.

3 Jane Eyre - Charlotte Brontë
Les extraits vus en cours ne comptent pas.

4 Harry Potter series - JK Rowling
Je ne me lancerai pas ici dans une diatribe incendiaire contre les films, et ne dirai qu'une chose : si vous n'avez pas lu les romans, lisez-les !

5 To Kill a Mockingbird - Harper Lee

6 The Bible
A mon actif, l'Apocalypse de Jean, le début de la Genèse et plein d'extraits des Évangiles, que je dois à mes heures de catéchisme...

7 Wuthering Heights - Emily Brontë
cf #3

8 Nineteen Eighty Four - George Orwell
J'avais commencé, intriguée, puis le film qu'on a vu en cours m'a traumatisée. J'ai dû arrêter au milieu du premier chapitre.

9 His Dark Materials - Philip Pullman

10 Great Expectations - Charles Dickens
cf #3

11 Little Women - Louisa May Alcott

12 Tess of the D’Urbervilles - Thomas Hardy

13 Catch 22 - Joseph Heller

14 Complete Works of Shakespeare
J'aime Shakespeare, et j'ai vu pas mal de ses pièces sur scène ( Le roi Lear, Roméo et Juliette, Les Joyeuses Commères de Windsor, Le Songe d'une nuit d'été...), sans parler du film Beaucoup de bruit pour rien de et avec Kenneth Branagh. Par contre, je suis loin d'avoir tout lu.

15 Rebecca - Daphné Du Maurier

16 The Hobbit - JRR Tolkien
Je l'ai largement préféré à la trilogie. J'attends l'adaptation cinématographique.

17 Birdsong - Sebastian Faulks

18 Catcher in the Rye - JD Salinger

19 The Time Traveler’s Wife - Audrey Niffenegger

20 Middlemarch - George Eliot

21 Gone With The Wind - Margaret Mitchell
Je n'ai jamais compris la fin du film, tant je déteste profondément le personnage principal. Scarlett O'Hara m'insupporte au plus haut point. Par conséquent, je n'ai aucune envie de lire le roman.

22 The Great Gatsby - F Scott Fitzgerald
cf #3

23 Bleak House - Charles Dickens

24 War and Peace - Leo Tolstoy
J'ai un énorme a priori sur les auteurs russes, bien que j'apprécie beaucoup le théâtre de Tchekhov.

25 The Hitch Hiker’s Guide to the Galaxy - Douglas Adams

26 Brideshead Revisited - Evelyn Waugh

27 Crime and Punishment - Fyodor Dostoyevsky
cf #24

28 Grapes of Wrath - John Steinbeck

29 Alice in Wonderland - Lewis Carroll
Lecture en cours. J'ai commencé lundi. Et j'aime profondément le Walt Disney.

30 The Wind in the Willows - Kenneth Grahame

31 Anna Karenina - Leo Tolstoy
cf #24. Sans compter que le film - avec Sophie Marceau et Sean Bean - m'a complètement traumatisée. Je n'ai plus jamais regardé les trains de la même façon après.

32 David Copperfield - Charles Dickens

33 Chronicles of Narnia - CS Lewis
Le film du premier épisode m'a paru tellement gnangnan que je n'ai pas eu envie d'aller plus loin.

34 Emma -Jane Austen

35 Persuasion - Jane Austen

36 The Lion, The Witch and the Wardrobe - CS Lewis
cf #33

37 The Kite Runner - Khaled Hosseini

38 Captain Corelli’s Mandolin - Louis De Bernieres

39 Memoirs of a Geisha - Arthur Golden

40 Winnie the Pooh - A.A. Milne
Eh non! Je n'ai même pas vu les dessins animés...

41 Animal Farm - George Orwell

42 The Da Vinci Code - Dan Brown

43 One Hundred Years of Solitude - Gabriel Garcia Marquez

44 A Prayer for Owen Meany - John Irving

45 The Woman in White - Wilkie Collins

46 Anne of Green Gables - LM Montgomery

47 Far From The Madding Crowd - Thomas Hardy

48 The Handmaid’s Tale - Margaret Atwood

49 Lord of the Flies - William Golding
Roman étudié en 4e, qui m'a fait faire pas mal de cauchemars...

50 Atonement - Ian McEwan

51 Life of Pi - Yann Martel

52 Dune - Frank Herbert

53 Cold Comfort Farm - Stella Gibbons

54 Sense and Sensibility - Jane Austen
J'aime tellement le film que je finirai bien par lire le bouquin...

55 A Suitable Boy - Vikram Seth

56 The Shadow of the Wind - Carlos Ruiz Zafon
J'ai failli le lire, un jour. Je l'avais emprunté à la bibliothèque. Et puis je l'ai rendu.

57 A Tale Of Two Cities - Charles Dickens

58 Brave New World - Aldous Huxley
Très bien, même si je lui préfère - de très très loin - Farenheit 451 de Bradbury, qui devrait figurer en tête de cette liste. Non mais.

59 The Curious Incident of the Dog in the Night-time - Mark Haddon
Ma sœur l'a eu à son anniversaire. Et le titre m'a intriguée.

60 Love In The Time Of Cholera - Gabriel Garcia Marquez

61 Of Mice and Men - John Steinbeck

62 Lolita - Vladimir Nabokov

63 The Secret History - Donna Tartt

64 The Lovely Bones - Alice Sebold

65 Count of Monte Cristo - Alexandre Dumas
Autant j'ai adoré Les Trois Mousquetaires, autant, je ne sais pourquoi, j'ai un gros a priori sur celui-là.

66 On The Road - Jack Kerouac

67 Jude the Obscure - Thomas Hardy

68 Bridget Jones’s Diary - Helen Fielding
Je n'ai pas aimé le film, et n'aime pas franchement ce genre de livre.

69 Midnight’s Children - Salman Rushdie
cf #3

70 Moby Dick - Herman Melville
cf #3

71 Oliver Twist - Charles Dickens

72 Dracula - Bram Stoker

73 The Secret Garden - Frances Hodgson Burnett
Film découvert par le plus grand des hasards pendant les vacances de Noël dernières, sur Arte. J'ai été éblouie par la beauté des images, et après quelques recherches, j'ai découvert que le film était tiré d'un roman.

74 Notes From A Small Island - Bill Bryson
cf #3

75 Ulysses - James Joyce

76 The Inferno – Dante

77 Swallows and Amazons - Arthur Ransome

78 Germinal - Emile Zola
cf #3

79 Vanity Fair - William Makepeace Thackeray

80 Possession - AS Byatt

81 A Christmas Carol - Charles Dickens

82 Cloud Atlas - David Mitchell

83 The Color Purple - Alice Walker

84 The Remains of the Day - Kazuo Ishiguro

85 Madame Bovary - Gustave Flaubert
J'ai mis un mois à lire la première moitié, une nuit pour lire le reste. Mais je n'en garde pas un souvenir impérissable. Par contre Isabelle Huppert est classe dans le film.

86 A Fine Balance - Rohinton Mistry

87 Charlotte’s Web - E.B. White

88 The Five People You Meet In Heaven - Mitch Albom

89 Adventures of Sherlock Holmes - Sir Arthur Conan Doyle
Je ne pense pas avoir tout lu. Par contre, j'ai vu tous les épisodes de toutes les saisons de la série avec Jeremy Brett, ainsi que plusieurs films (anciens et récents) et un épisode de la série toute récente Sherlock.

90 The Faraway Tree Collection - Enid Blyton

91 Heart of Darkness - Joseph Conrad

92 The Little Prince - Antoine De Saint-Exupery
Cette lecture ne m'a pas vraiment marquée, à l'exception du dialogue avec le renard, vu en cours de catéchisme...

93 The Wasp Factory - Iain Banks

94 Watership Down - Richard Adams

95 A Confederacy of Dunces - John Kennedy Toole

96 A Town Like Alice - Nevil Shute

97 The Three Musketeers - Alexandre Dumas
Génial !

98 Hamlet - William Shakespeare
Objet d'un exposé en première.

99 Charlie and the Chocolate Factory - Roald Dahl

100 Les Misérables - Victor Hugo
C'est au-dessus de mes forces...

Bilan : cette liste manque cruellement de romans policiers...

Posté par incitatus à 20:19 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,