Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

20 octobre 2007

Apertio

La porte lentement se referme. Tout doucement, le rai de lumière disparaît. Bientôt, l'on ne verra plus qu'un point doré percer par le trou de la serrure. À moins que la clef n'y soit restée.

serrure3Alors furtivement, je glisse un doigt dans l'interstice, puis ma main, mon bras et enfin, je m'y coule. De l'autre côté. De l'autre côté, c'est désert. Voilà plus d'une semaine que je n'y ai pas mis les pieds et que j'observais le battant de la porte qui se mouvait au ralenti, comme attendant un geste de ma part. Finalement, j'ai bougé.

Une semaine sans avoir passé le pas de cette porte et déjà une mince couche de poussière s'est déposée un peu partout. Je pourrais faire le ménage. Je pourrais jeter un coup d'oeil à l'endroit où j'étais la seconde auparavant et, remettant un peu d'ordre, vous raconter en détails ce qui s'est passé en une semaine. Mais je n'en ai pas envie. Pas le courage non plus. Et cela n'aurait pas d'intérêt.

Alors ça y est, j'ai ouvert la porte, observé l'état des lieux. Ce n'est pas catastrophique. Juste désert, vide et vain. Avec quelques efforts, cela sera vite réparé.

Posté par incitatus à 20:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]