Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

07 août 2006

Senteurs méridionales (le 3 août)

Dans l'air brûlant de l'après-midi, le pin exhale sa forte odeur de résine. Une main s'égare dans la haie de romarin; un doigt s'attarde sur les fines feuilles. Son parfum entêtant y restera pendant des heures. Marchez le soir dans l'herbe et vous sentirez le thym et ce qu'on appelle le poivre de l'âne. Si vous approchez de la piscine, le chlore vous piquera les yeux et le nez. Quand on arrose, de la terre rouge du midi émane une senteur toute particulière.

Ces odeurs, je les connais depuis que je suis toute petite, depuis toujours. Tous les étés, séjour de mise chez la grand-mère, dans la demeure varoise. Pour beaucoup de gens, ces parfums signifient beaucoup. Pour beaucoup de gens, ces senteurs sont celles du paradis. Pour moi, elles ne signifient rien. Aucune émotion, aucun bon souvenir, rien. Je les reconnaîtrais entre mille, ne les oublierai certainement jamais, mais elles me laissent de marbre.

Posté par incitatus à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Dans le pétrole (vendredi 27 juillet)

Petit périple Paris-Lyon. Pause juste après avoir passé le Rhône. Un hôtel. Mais attention, pas un hôtel perdu en ville, au milieu des immeuble, non: on a trouvé encore mieux: un hôtel perdu au cœur des raffineries de pétrole... une vue splendide sur les cheminées illuminées de l'usine la plus proche, des entrepôts partout autour de cet hôtel qui rappelle les motels américains que l'on voit dans les films.

Posté par incitatus à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Ô ciel! (vendredi 27 juillet)

Je m'ennuie. Des bouchons, des bouchons et encore des bouchons. Vivent les départs en vacances! Si ça ne tenait qu'à moi, voilà un petit moment que j'aurais quitté l'autoroute pour emprunter la Nationale 7. Mais rien ne fera céder ma mère. Dommage...

Je détourne alors le regard et observe le ciel. À l'ouest, les nuages sont noirs, annonciateurs d'orage. À l'est, plusieurs couches se superposent et les rayons de soleil percent à travers eux. Des perles serties d'or. Droit devant moi, ils semblent d'argent pur. Puis le vent les fait danser. Les nuages d'orage approchent. Soudain, un éclair fend le ciel et le ciel se déverse sur nous. Nous ne voyons pas à cinquante mètres. Les motards s'arrêtent sous les ponts. La chaussée devient torrent. Nous sommes dans le nuage.

Dix minutes après, c'est terminé. La nuit s'en va et l'astre du jour reprend ses droits. Le paysage au loin semble enchanté: les collines verdoyantes sont noyées de brume. Les nuages deviennent cristaux. Au loin, nous voyons les rideaux de pluie inonder la ville la plus proche. Dire que c'est nous qui étions en-dessous il y a quelques instants...

Posté par incitatus à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Douce France... (vendredi 27 juillet)

Quand on part de Paris, capitale cosmopolite entre toutes, quand on emprunte l'autoroute du sud, on coupe la France en deux. On passe par le cœur du pays. Une grande cicatrice de bitume sur un corps de rêve. Des champs, des forêts, un paysage vallonné. Bocages et pacages. Fleuves, rivières et ruisseaux. Le charolais et sa viande de bœuf, la Bourgogne et son vin. Les rivages de ce courant interminable d'automobile sont jalonnés de châteaux, de villages, de fermes. Comment ne pas apprécier une telle harmonie, une telle variété? Demain, quand nous approcherons de notre but, nous verrons les crêtes dentelées du massif des Maures, les eaux glauques du lac de Saint Cassien.

Posté par incitatus à 22:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Retour!

Enfin! Je reviens de vacances avec quelques notes... mais surtout avec la joie du retour chez soi. Rien ne pouvait me faire davantage plaisir à mon retour que cette belle averse. Sortir les bagages du coffre pieds nus dans l'herbe détrempée. Les grosses gouttes d'eau qui s'écrasent mollement sur mon visage et mes épaules. Cette odeur discrète de la pluie qui tombe depuis longtemps déjà. Cette odeur qui me souffle à l'oreille: "tu es chez toi"...

Posté par incitatus à 22:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,