Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

11 juillet 2006

Saint-Gervais

Un lavoir avec des têtards,
Une route qui monte en serpentant,
Nous arrivons, il se fait tard,
Dans le chalet des grands-parents.

Saint Gervais

Dans le jardin, des framboisiers par centaines. Le soir, nous rentrons au chalet tout barbouillés du jus des fruits que nous avons dévorés tout au long de la journée. Le temps fraîchit. Le repas touche à sa fin. La carafe contient encore de l'eau. Une légère dispute s'élève alors pour savoir qui ira arroser "la petite fougère" au pied du grand rosier rouge.

C'est l'après-midi, le soleil tape fort. En maillot de bain, coiffés de bobs ayant appartenu à nos oncles et tantes, nous ramassons les fleurs fanées coupées par mon grand-père. Nous les trions par couleur. Plus tard, sur la table du jardin. Des assiettes et des bols en pastiques. Les fleurs coupées attendent dans un baril de lessive. De l'eau. Nous commençons les mélanges: nous fabriquons de la teinture...

Il est très tard. Minuit, peut-être un peu avant. Nous sommes couchés et commençons à rejoindre le royaume de Morphée. Ma grand-mère arrive à petits pas pressés. "Venez voir dehors! La lune se lève..." Dehors, un spectacle unique, comme je n'en reverrai jamais. Du jardin, nous avons une vue imprenable sur le mont Blanc. Et là, la lune irradie. Elle éclaire comme en plein jour. Une lumière blanche, sur les neiges éternelles.

La Martinière... Tel était le nom de ce chalet. Aujourd'hui, des chambres d'hôte. Tout a disparu, sauf peut-être cette vue sur le toit du monde. Seule a survécu la petite fougère, qui s'épanouit dans mon jardin, au milieu des bruyères et autres azalées. Reste bien petit d'une maison si pleine de souvenirs... Encore un deuil que je ne parviens pas à faire.

Posté par incitatus à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Enfin seule!

Ca y est! mon frère est parti pour deux semaines. Ma sœur a quitté la maison pour l'Irlande il y a déjà quatre jours. Désormais, la maison m'appartient.

Bon d'accord, il y a toujours les parents, mais peu importe: je n'ai plus les frère et sœur à supporter.

Bon d'accord, je suis de mauvaise foi (pour changer), étant donné que je passe la plupart de mon temps dehors et que je ne les voyais par conséquent que très peu, mais peu importe: ils ne sont plus là. Je suis seule jusqu'au 21.

Après ça, je serai très contente de les revoir, et réussirai peut-être à les supporter un mois sans broncher. En attendant, je vais profiter...

(D'ailleurs, si ma sœur avait été là, nous n'aurions pas eu son matelas pour dormir dimanche. C'eût été embêtant...)

Posté par incitatus à 18:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Idée folle

Nous sommes en février. Tous les matins depuis un an, je retrouve my dear Lu dans le RER C pour me rendre au lycée. Une habitude, un rituel. Et tous les matins, c'est la même chose: la gare approche, nous n'avons aucune envie de nous lever. Depuis un bout de temps, une idée nous trotte dans la tête. Idée bizarre, idée farfelue. Pour plaisanter, je demande "ça ne te dirait pas d'aller jusqu'à Saint-Martin?".

Les mois passent. Le terminus de la ligne du RER est toujours aussi mystérieux. Puis l'idée devient plus nette et Lu répond: "un jour, on ira jusqu'au bout." C'est dit. Nous le ferons. Au mois de juin commencent les préparations de programme du mois de juillet. Il y a un trou le 10 juillet. On y place en majuscules "SAINT-MARTIN-D'ETAMPES".

Hier, levées aux aurores, nous l'avons fait, nous sommes allées à Saint-Martin. Deux heures de train aller, deux heures retour. Nous avons fait toute la ligne C du RER!

Après toutes les villes que nous connaissons à force de trajet vers Paris, les stations de la capitales, nous arrivons vers l'inconnu. Juvisy, Savigny-sur-Orge, Saint-Michel-sur-Orge et autres villes plus ou moins connues. Enfin, nous atteignons les villes de la rase campagne, aux noms biscornus, comme Marolles-en-Hurepoix, ou plus énigmatiques, comme Chamarande.

A Saint-Martin, nous nous dirigeons vers le clocher penché de l'église tout en gloussant et papillonnant. Et là, nous nous retrouvons dans une ville de campagne, avec sa rue principale et ses deux cafés fermés parce que c'est lundi. Mourrant de faim, nous avisons une épicerie... C'est une heure plus tard que nous retrouvons notre place dans le train, dans une chaleur suffocante. Durant tout le trajet du retour, nous somnolons, nous tournons les pouces, trouvons le chemin long...

Nous l'avons fait! L'idée folle a été réalisée! Notre curiosité a été satisfaite et nous avons découvert un coin de notre région que nous ne connaissions pas... On nous avait dit: "soyez curieux, partez à l'aventure!", et c'est ce que nous avons fait. Merci Imagin'R!

Posté par incitatus à 18:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Soirée sept péchés capitaux

Le principe est assez simple: vous dressez la liste de sept péchés capitaux (pour rappel: avarice, colère, envie, gourmandise, luxure, orgueil, paresse) et vous associez un péché à une personne qui le représente pariculièrement bien (la personne en question doit évidemment totalement s'assumer dans son rôle). Dans notre cas, quatre péchés ont été associés sans aucun problème: Lu pour l'Orgueil, ma Dame-Oiselle pour la Luxure, Ferdinand Ier pour la Gourmandise et moi-même pour la Paresse. Mais nous ne savions qu'attribuer à la belette... Elle a fait son choix elle-même. Pour les deux péchés restants, nous n'avons trouvé aucune solution. Nous avons donc célébré nos vices à cinq.

soirée péchés capitaux

Dans le jardin, nous avons pu profiter des derniers rayons du soleil avant d'allumer flambeaux et bougies. Au moment du dessert, Miss Envie, Lady Gourmandise et Dame Luxure (je sais que vous aviez choisi d'autres titres, mais c'est mon blog et je fais ce que je veux) ont quitté la terrasse pour regarder les tirs au but qui devaient consacrer l'équipe championne du monde de football. Court intermède avant une longue discussion qui s'est achevée tard dans la nuit... Enfin pas trop tard: nous devions nous lever tôt le lendemain matin, pour une expédition aux confins de l'Ile-de-France!

la paresse incarnée

Posté par incitatus à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,