Vous en parlerez à votre cheval...

Des anecdotes plus ou moins inintéressantes sur la vie d'une tortue folle de grammaire et de langues anciennes et à l'esprit tordu. Blog créé juste parce que l'envie m'en démangeait.

08 juillet 2006

C'est lourd la culture!

Aujourd'hui, petite sortie à Paris, encore et toujours dans le quartier latin, encore et toujours passage par la rue de la Huchette, mais aujourd'hui, nous avions un but très précis: acheter les livres pour la rentrée en prépa. Non seulement certains sont introuvables, ou très difficilement, mais en plus tous sont hors de prix. Alors quand les professeurs s'y mettent en nous indiquant des références erronées, nous ne savons plus que faire! Nous avons donc erré dans au moins quatre des échopes de Gibert Jeune à la recherche d'anthologies et autres grammaires.

Les bras chargés de volumes, nous avons essayé de nous frayer un passage tant bien que mal au milieu d'une foule d'étudiants, lycéens et collégiens. Les caissières nous dévisageaient d'un drôle d'air, ou nous posaient des questions bizarres... C'est avec joie que nous avons retrouvé notre RER favori et nous sommes assises.

sacs et livre

Ah Miss Envie!
Que de mésaventures,
Pour de simples fournitures!
Mais c'est la vie
Des prépas
Qui nous ouvre les bras.

(Quelques mauvaises rimes inspirées par cette rude journée... Bof.)

Posté par incitatus à 23:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Robinson

Il était une fois, une grande maison au bord de la Loire. Au fond de l'immense terrain, des orties, des ronces, arbres et arbustes à foison, et si on a le courage d'aller plus loin, la Loire... Le seul voisin est un camping désert les trois quarts de l'année. Devant la maison, une petite route, où personne ne va jamais que nous. Et de l'autre côté de la rue, des jardins potagers. L'un d'entre eux est couvert de plants de patates; c'est le nôtre. Cette maison est isolée et personne ne viendra jamais construire dans cette forêt vierge: elle est en zone inondable.

Robinson01

Voilà dix ans que je n'y ai pas mis les pieds. Il ne me reste que des souvenirs. Des images, tellement précises que j'ai l'impression d'y avoir été hier, à Robinson. Une terrasse en béton avec une glycine énorme qui embaume au printemps, une grande pièce qui sert de cuisine, de salon et de salle à manger à la fois, trois chambres, dont la nôtre avec son armoire remplie de vêtements que nous ne mettons que là-bas, totalement dépareillés et sentant l'humidité.

Robinson04

Des volets que l'on ouvre au petit matin avec cette odeur de terre mouillée par la pluie qui vous monte à la tête, les coucous et les pigeons qui s'ébattent dans le jardin avec leurs chants si caractéristiques, le clocher de Bonny que l'on entend au loin...

Robinson02

L'herbe qui arrive aux épaules et nous qui suivons mon père qui tond de façon à faire des chemins dans les hautes herbes. Ma sœur et moi, assises devant le garage (qui donne sur l'arrière de la maison, dans le jardin) et jouant avec la terre. La cabane que nous avons tenté de construire une fois, avec des draps... Les acacias en fleurs, la cueillette desdites fleurs et la confection des beignets de fleurs d'acacias. La récolte des pommes de terre qui remplissent le garage, celle des coings avec lesquelles nous ferons de la gelée, et le plaisir de découvrir le goût des noix fraîches.

Robinson05

Et le grenier. Ce mystérieux grenier qui nous nargue sans arrêt. Il faut monter un escalier extérieur qui menace de s'écouler. Mes parents ont aménagé deux chambres, une de chaque côté d'un petit couloir. Au bout de ce couloir, la porte du grenier. Odeur de poussière, obscurité, bric-à-brac... Jamais je n'aurai de vision plus précise de ce grenier...

Aujourd'hui, la maison a été vendue. Nous l'avons trahie, cette maison construite par un aïeul. Elle est morte, cette maison magique... Il n'y a plus de Robinson.

Robinson03

Posté par incitatus à 02:38 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

Clio

Mais Clio, le style entre les doigts, attend, postée au coin du coffre brillant,
Clio, le greffier de l'âme, pareille à celle qui tient les comptes (...)
Ecris, Clio! confère à toute chose le caractère authentique. Point de pensée
Que notre opacité personnelle ne réserve le moyen de circonscrire
O observatrice, ô guide, ô inscriptrice de notre ombre!

Paul CLAUDEL extrait de la première des Cinq Grandes Odes

Clio___Mignard

Clio, muse de l'Histoire. Née, comme ses huit sœurs, d'une des neuf nuit d'amour entre Zeus et Mnémosyne, la Mémoire. Son nom signifie "la célèbre", ou "celle qui célèbre". C'est elle qui, en effet, chante les exploits des hommes renommés, ceux qui ont fait l'histoire. Sa couronne est de laurier, plante sacrée du dieu que les Muses accompagnent partout, Apollon, et végétal consacrée à la Victoire et aux vainqueurs. De sa mère, elle a la mémoire infaillible; aucune bataille ne lui échappe, et parmi elles, elle choisit minutieusement les victoires des peuples dont elle chante la gloire. Dans sa robe vert sombre, symbole du hasard (victoire ou défaite?), elle rend hommage aux grands hommes qui ont fait l'histoire de leur nation...

Posté par incitatus à 00:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,